Construction de la Maison d’action publique et internationale (MAPI), Université d’Annecy

Annecy, France
2020-en cours

programme : Construction de la Maison d’Action Publique et Internationale à l’Université d’Annecy.
– tranche ferme : salles d’enseignement, locaux de vie étudiante, laboratoires, cafétéria, studios numériques, bureaux administration, locaux de recherche, accueil, espaces logistiques et maintenance, parking deux-roues
– tranche optionnelle : espace événements, amphithéâtre
Surface total :
– tranche ferme : 2 785 m2 SU / 3 621 m2 SDO
– tranche optionelle : 589 m2 SU / 766 m2 SDO

maître d’ouvrage : Département Haute Savoie
DGA Infrastructures et Supports Techniques – Pôle Bâtiments et Moyens
Alfonso Femia / Atelier(s) Alfonso Femia avec
architecte associé local : Ruurd De Jong, De Jong Architectes
BET structures : Quadriplus Groupe
labels et certifications : Nivel E3 – C1

images : ©Atelier(s) Alfonso Femia & Diorama

Imaginer un bâtiment paysage.
Imaginer une séquence d’espaces faits de perceptions et capables d’appartenir au lieu, à son territoire.
Imaginer un bâtiment parcours, réel lieu de rencontres et de formations.
Imaginer un dispositif qui dialogue avec la lumière, qui mesure le temps et qui puisse accompagner les différents moments de la vie.
Un lieu autour d’une cour ouverte qui construit une façade transparente, en relation avec la vie du campus.
Un parcours central qui met en scène la vie étudiante à travers sa cour.
Un lieu qui s’ouvre vers l’espace vert et le paysage.
Une topographie qui propose une multiplicité d’opportunités d’espaces sans en figer les usages.
Des espaces de travail informels qui animent la distribution et colonisent la cour.
Une terrasse belvédère qui nous donne la possibilité de partager le paysage.

L’éducation doit être un projet de responsabilités et de visions.
Nous devons être responsables pour construire un lieu solide et efficace dans le temps.
Nous devons être visionnaires tout en sachant que l’architecture peut être une forme d’éducation, parmi les plus importantes qui existent.

TBE tertiaire
Sky One – Aéroport de Toulouse Blagnac – Zone Blagnac 1


Toulouse, France
2018-en cours

programme: Construction d’un ensemble de bureaux et activités (R+6) avec data center, co-working, restaurant, salle de sports, espaces de mobilité douce et roof-top sur le site de l’aéroport de Toulouse Blagnac (Zone Blagnac 1)
surface total : 11 402 m2
lot 1A : 6 020 m2
lot 1B : 5 382 m2

LOT 1A :
co-working : 5 000 m2
workcafé et restaurant : 705 m2
espaces mobilité douce : 315 m2
LOT 1B :
bureaux : 3 510 m2
salle de sports : 900 m2
data center : 972 m2

maître d’ouvrage : Toulouse Métropole
Alfonso Femia / Atelier(s) Alfonso Femia avec
paysagiste : Woodstock Paysage
récupération et valorisation des énergies : Dalkia Smart Building
BET HQE : Ginger Burgeap – E-Nergy
BET Economie : Cyprium
programmation et commercialisation : CBRE
promoteur : EM2C
labels et certifications : HQE, E+C- (Bâtiment à Énergie Positive et Réduction Carbone) en visant un niveau E2C1

images : ©Atelier(s) Alfonso Femia & Diorama
Sky One, un bâtiment signal, élégant, sobre et verteux.

Comprendre la dynamique existante et le futur potentiel d’un site est une étape primordiale pour bâtir un projet de transformation. Aussi, nous avons étudié l’ensemble de la zone avant de considérer plus précisément les deux parcelles 1a et 1b proposées dans l’appel à projet Dessine-moi Toulouse, dont l’objectif principal est de créer des dispositifs urbains capables d’évoluer dans le temps et dans l’espace, moteurs d’innovation et de développement pour le contexte limitrophe.
L’objectif du projet est de concevoir deux volumétries avec une identité autonome mais en dialogue constant. Les deux volumes en R+6 se composent d’un socle actif avec une hauteur de 4,5 à 5 niveaux de plateaux de bureaux / espaces de co-working et un niveau de parking en sous-sol qui atteint le nombre de places de stationnement imposé par le PLUiH. Des terrasses végétalisées et animées en R+1 et en toiture complètent la composition des volumes bâtis.

Université d’Avignon, Restauration et création de la Villa Créative
Avignon, France
2018-en cours

programme : auditorium, living lab, coworking, formation continue, pôle formation et recherche audio visuelle, jardin numérique (4000 m²)
surface total : 7 540 m2

maître d’ouvrage : Rectorat Académie Aix-Marseille
Alfonso Femia / Atelier(s) Alfonso Femia avec
projet bâtiment historique : Detry-Levy & Associés
paysagiste : Après la Pluie
BET structure, fluides et environnement : Quadriplus Groupe

images : ©Atelier(s) Alfonso Femia
La génèse du projet de la Villa Créative s’inscit dans une volonté de pérenniser durablement les “Ateliers de la Pensée” ayant germés lors du Festival d’Avignon. Abordants des sujets tels que l’éveil de la conscience, la conception du monde de demain au travers du prisme de l’art, ces moments de partage ouverts à tous cultivent un sens critique tourné vers le dialogue, la rencontre, l’émergence d’une identité créative propre à la ville d’Avignon. La Villa Créative créée des ponts, des liens, des interactions entre les disciplines tant artistiques que scientifiques. Lieu central de la pensée, du débat et des échanges intellectuels et scientifiques du Festival d’Avingon, la Villa Créative sort de son cadre estival pour cultiver cette singularité tout au long de l’année, et offrir à la ville d’Avignon un lieu où transcrire les axes identitaires de la culture et du numérique qui lui sont propres.
AEB4 logements
Logements et résidence étudiante – Lot B4, ZAC Parc d’Affaires

Asnières-sur-Seine, France
2019-en cours

programme : Construction d’un bâtiment R+9 de 62 logements en accession, d’un bâtiment R+9 de 273 chambres étudiantes et d’un parking de 248 places sur le lot B4 de la ZAC Parc d’Affaires à Asnières-sur-Seine
surface total : 11 036 m2
62 logements en accession : 3 766 m2
273 chambres étudiantes : 7 270 m2
parking : 248 places

maître d’ouvrage : Eiffage Immobilier
Alfonso Femia / Atelier(s) Alfonso Femia avec
paysagiste : Ter
BET facade : VP & Green engineering
BET structures : Eiffage Construction IDF
BET fluides, VRD : CET Ingénierie
BET thermique : Bénefficience
BET HQE : ALTO Ingénierie
BET economie : Axio
bureau de contrôle : BTP Consultants
sécurité incendie : Casso Conseil
acoustique: Aïda
labels et certifications : Profil NF HABITAT HQE niveau excellent

images: ©Atelier(s) Alfonso Femia & Diorama

Le projet s’inscrit dans le cadre de la ZAC Parc d’Affaires, située à l’est d’Asnières-sur-Seine. Le site longtemps tourné vers l’activité industrielle engage sa mutation par la réalisation d’un tissu urbain riche et diversifié (bureaux, commerces, logements) et son raccordement au Grand Paris avec la gare des Grésillons (RER C).

L’ensemble immobilier B4 regroupe 62 logements et une résidence étudiante de 273 chambres implantés dans deux bâtiments dissociés. Cette disposition, outre l’autonomie qu’elle procure à chaque entité, offre une orientation est-ouest plus favorable pour les logements. Chaque immeuble est constitué d’un rez-de-chaussée surmonté de neuf niveaux.

Les bâtiments des logements et de la résidence étudiante entretiennent des correspondances géométriques et altimétriques qui les lient l’un à l’autre. Le dialogue est renforcé par le rendu et la teinte des matériaux similaires. Chaque entité exprime cependant au plus près sa spécificité fonctionnelle et cultive son identité.

Le bâtiment des logements propose une stratification horizontale par le jeu des balcons qui progressent d’une façade à l’autre. La résidence étudiante, plus monolithique, est constituée d’une trame en béton qui joue la prolongation du système constructif en façade et souligne la typologie des chambres.

EBS logements
Quartier Evry Bois Sauvage
Evry, France
2016 – en chantier

programme : Projet de renouvellement urbain du quartier du “Bois Sauvage » : construction de 100 logements du T1 au T5 – 24 logements sociaux 76 logements en accession – 152 places de parkings en RDC et R-1
surface total : 7 185 m2
logements : 6 053 m2

maître d’ouvrage : Constructa Urban Systems
Alfonso Femia / Atelier(s) Alfonso Femia avec Nicola Spinetto Architecte
BET structures : SOGEA (filiale Vinci Construction)
BET fluides et environnement : EIFFAGE Energie
Economie : VPEAS
entreprise : SOGEA (filiale Vinci Construction)
labels et certifications:
bâtiments A et C : HQE RT 2012
bâtiment B : HQE NF Habitat

images : ©Atelier(s) Alfonso Femia
photos : ©S.Anzini
Notre réflexion se fonde sur une recherche de dialogue entre la volumétrie du projet construit sur l’îlot 1 qui amorce le renouveau du quartier, et notre corps de bâtiment. Il s’agit de multiplier les essais afin de trouver comment s’inscrire en cohérence avec le paysage urbain environnant. La volonté fondatrice est de produire une forme qui préserve le cœur d’îlot, de concevoir un ensemble de bâtiments dont les ombres portées n’impactent pas les voisins ou les différentes parties de cet ensemble.
Un socle en céramique vient clarifier la limite entre espace public et espace privé, favorisant une vie collective concentrée à l’extérieur des parcelles dans la rue Emile-Roux et vers la place Camille-Guérin.
AEL logements
Le ciel d’Asnières-sur-Seine
Asnières-sur-Seine, Paris
2013-2016

Prix International « Gran Prix » Casalgrande Padana, premier prix dans la catégorie « Façades » (2019)
Mipim Awards, finaliste dans la catégorie « Meilleur projet résidentiel » (2017)

programme : Construction de 183 logements : 144 en accession, 39 sociaux, commerce de 360 m2, 192 places de parkings
surface total : 10 518 m2
SHAB : 9 470 m2

maître d’ouvrage : SCI Asnières Seine AB représentée par COFFIM, Eiffage Immobilier IDF
Alfonso Femia / Atelier(s) Alfonso Femia avec
BET structures : Eiffage Construction
BET fluides, SSI : I.D. BATI
BET HQE : Eiffage Immobilier IDF
BET descriptifs : Tohier
entreprise : Eiffage Construction IDF
labels et certifications : L’ensemble est labellisé RT 2012, Certification NF Logement Démarche HQE version 8.1
Bâtiment C : Certification Habitat et Environnement Millésime 2012 mise à jour 01/2013 + RT 2012 – 10%

photos : ©L.Boegly
Le site du projet est entouré par des éléments forts et structurants du paysage urbain : la Seine, toute proche, les voies du RER C reliant Paris à Pontoise et l’arrivée d’une future gare du grand Paris. Le projet vient donc s’insérer à la fin et au début d’un axe urbain d’importance à l’échelle de la ville.
Comment gérer cette disposition ? Comment présenter le projet vers l’avenue des Grésillons et la gare, cet espace représentant une interface structurante d’un point de vue fonctionnel ? Comment, en complément de la place déjà prévue, dilater cet espace et en faire une véritable porte d’entrée du quartier ?

Le projet se développe par l’analyse de potentialités : l’ambiance, la lumière du paysage, les demandes environnementales et le jeu formel consistant en une série de découpages, d’ouvertures, de glissements qui définissent les trois corps du bâtiment.
La ville est placée en dialogue continu avec le parc intérieur créant un rythme bâti/paysage. L’écriture architecturale du projet est fondée sur cette notion de rythme (ouvertures, matériaux, traitement des derniers étages) : elle favorise au sein d’une grammaire commune, la diversité du paysage urbain créée entre ville et nature.
L’âme du projet est aussi la ré-affirmation du décor à travers l’apparition de la céramique et de l’ornementation representée par six anges. Cette ré-affirmation impose de penser le logement comme une maison, un lieu à vivre et pas seulement une addition d’exigences à satisfaire.
Unité, rythme urbain, stratification verticale classique, monomatière intégrant des différences ponctuelles capables d’anticiper la métamorphose douce vers le ciel, là où se trouvent les ancêtres des villes, nous observant, regardant vers l’horizon, vers le ciel.
MCC logements
16.14 Clot Bey

Marseille, France
2016

programme : Démolition de deux bâtiments et construction de 502 logements répartis en 9 bâtiments avec jardins privatifs et collectifs, une place publique et des parkings souterrains
surface total site : 160 329 m2
surface total : 35 556 m2 SDP

maître d’ouvrage : Ville de Marseille
Marseille Provence Métropole
Alfonso Femia / Atelier(s) Alfonso Femia avec TANGRAM Architectes
BET environnement : Etamine
promoteur : Coffim

images : ©Atelier(s) Alfonso Femia
Dans un site d’exception s’étirant le long des berges de l’Huveaune, où la nature occupe une place centrale, nous avons pensé notre projet comme un parc dans lequel viennent s’implanter les volumes bâtis.
Cette prise de parti est primordiale car elle place les verts partagés au centre du projet et nous donnes les clefs permettant de garantir l’intégration de notre projet dans son environnement.

La qualité d’usage et l’habitabilité sont également des thèmes que nous avons privilégiés orientant notre écriture architecturale.

Le site d’étude, constitué de deux terrains est situé le long de l’avenue Clot Bey à Marseille.
Le statut de cet ensemble résidentiel, dans le quartier emblématique du 8ème arrondissement abritant des références de qualité comme la Cité Radieuse, le Brasilia ou le Thalassa, nous a imposé de porter des choix forts affirmant l’identité et la cohérence d’ensemble de notre projet.

L’expression architecturale est pensée en continuité des volontés urbanistiques développées par le plan masse et les aménagements paysagers.

Les hauteurs sont uniformes, constantes, la matrice est unique, la nature joue ainsi son rôle de protagoniste, en gérant le rapport d’échelle entre le projet et le contexte.

Pas d’ostentation, pas de maniérisme, nous avons fait le choix d’une écriture sobre soutenue par des matériaux de qualité. Les façades sont en élément préfabriquées de bétons blanc rehaussés d’une matrice et les attiques en tuiles plates colorées.

Les matériaux permettront, tout en restant sur des teintes blanches et uniformes, de mettre en valeur les jeux de lumières, ombres et reflets.
L’objectif est d’exprimer une certaine « méditerranéité », qui passe par la luminosité des matériaux des façades et par le jeu d’ombres et lumières qui seront mis en valeur par la végétation, par les brises soleil et par la matrice de façade, qui donnera donc une réponse différente selon les orientations.
MCP tertiaire
Restructuration Immeuble Colbert

Marseille, France
2015

programme : Restructuration lourde de l’immeuble Hotel de Poste COLBERT avec bureaux et R.I.E.
surface SDP: 14 500 m2

maître d’ouvrage : SCCV PI MARSEILLE COLBERT
représenté par : La Direction des Achats siège de Poste Immo
Alfonso Femia / Atelier(s) Alfonso Femia avec
BET structures : Langlois Etudes Ingenierie
BET fluides, vrd : : Garcia Ingenierie
BET acoustique : Peutz & Associés
ingénierie et conseil en restauration collective : Alma Consulting
economiste, OPC et désamiantage : R2M Economiste
sécurité incendie – accessibilité : Casso et Associés

images : ©Atelier(s) Alfonso Femia & CC79
maquette en bois : ©Stefano Rossi Modelli

L’Hôtel des Postes est un lieu particulier dans le tissu urbain historique du Marseille du XIXème siècle, une jonction entre l’avenue de la République (axe nord – sud) et le système radial des quartiers est-ouest. Les façades de l’édifice les plus visibles et présentes dans le tissu urbain marseillais sont la façade monumentale côté Place de l’Hôtel des Postes et la façade étroite du bâtiment côté Place Sadi-Carnot. Ces fronts urbains associés aux accès principaux du bâtiment engendrent la dimension unitaire et identitaire de l’édifice, et redéfinissent également les rôles et le poids de chacune des parties.
Bien que de nature homogène et compacte, l’édifice présente une composition complexe, faite de plusieurs entités architecturales. La présence de trois corps de bâtiments est soulignée par le rapport classique entre pleins et vides ; les volumes bâtis s’organisent autour de trois cours qui scandent les parcours dans le bâtiment. Bien que vivant dans un corps unique, ces espaces réagissent au nouveau programme et aux relations entre intérieur et extérieur de manière différente.
Les actions du projet naissent de la lecture et de l’analyse des potentialités du bâtiment existant, de la volonté d’en respecter la structure intrinsèque et d’en valoriser les équilibres et les rythmes, tant sur le plan spatial que formel. Le nouveau langage architectural et l’organisation spatiale proposée mêlent force et conscience ; et proviennent de la nature-même du bâtiment. La trame de l’existant est respectée, à la fois dans l’organisation et la rationalisation des espaces intérieurs. Les axes, les symétries, le langage architectural existant deviennent la base des nouvelles interventions. Les rapports visuels entre intérieur et extérieur se déclinent de manières différentes et spécifiques pour chacune des trois parties du bâtiment.
Les espaces donnant vers la cour de l’ancien Bureau de Poste sont principalement des salles de réunions ou des espaces de convivialité.
Ceux donnant vers la grande cour centrale ont un caractère transversal, ils ouvrent des perspectives vers la ville, l’espace public.
Le système mis en place autour de la petite cour est plus introverti et plus intime, assimilable à un mouvement périmetral intérieur.
Le respect du patrimoine existant et la nécessité de développer un programme spécifique nous amènent à développer une réponse efficace, radicale, harmonieuse et intégrée. L’enveloppe extérieure est conservée et valorisée. Les démolitions, ponctuelles et ciblées, concernent uniquement les ajouts et les volumes dépourvus d’intérêt historique à l’intérieur des cours.
L’EXPRESSION CONTEMPORAINE. LE PROJET COMME SEQUENCE INTERIEURE D’ESPACES
La perception inchangée de l’extérieur du volume dans sa monumentalité symbolique, la redécouverte de la séquence spatiale des trois cours et les espaces rénovés de l’édifice permettent de comprendre et d’expérimenter de nouvelles relations entre existant et neuf.

Restructuration de l’immeuble Morland
Paris, France
2015

programme : Restructuration de l’immeuble Morland : crèche de 66 berceaux, commerces, incubateur d’entreprise, logements, Musée de la Chanson française et des cultures populaires (MOMUP), hôtel de 90 chambres, toitures potagers
surface total : 40 115 m2
surface utile :
crèche : 644 m2
incubateur entreprises : 1 623 m2
commerces : 2 405 m2
logements : 13 903 m2
musée MOMUP : 6 079 m2
hôtel/restaurant : 15 461 m2

maître d’ouvrage : Ville de Paris
Alfonso Femia / Atelier(s) Alfonso Femia avec
urbaniste : Amine Benaissa
paysagiste : Agence Franck Neau
architecture d’intérieur : Studio Putman
BET structures : Artelia Bâtiment et Industrie
promoteur : Eiffage Immobilier IDF

images : ©Atelier(s) Alfonso Femia & CC79
maquette : ©Atelier(s) Alfonso Femia, Danilo Trogu
illustrations : ©Annalisa Beghelli / Ciné-Pub

Il y a des lieux dans une ville qui restent intimement liés aux temps de leur réalisation.
Écriture, Relations spatiales, Ambiance.
Ils semblent perdus, en-dehors du temps.
En particulier si ce lieu est un bâtiment, et s’il n’est pas séduisant.
Mais il existe ! Il est là !
Il a établi, aussi passive soit-elle, une relation avec la ville.
Sa présence est à la fois palpable et invisible.
Peut-être a-t-il déjà disparu de l’imaginaire des personnes qui vivent la ville, des yeux des passants.
Il y a des rencontres qui étaient écrites, à un moment de notre histoire.
La visite d’un bâtiment devient une découverte immédiate, transforme notre perception d’un lieu, de volumes, d’espaces.
Le regard doit être sincère.
On cherche un point de contact, avec patience.
On tourne autour du bâtiment, on s’en approche, on s’en éloigne.
On cherche à comprendre s’il a développé une âme qui puisse être exprimée sous une nouvelle lumière.
Dans ces premiers instants, l’accumulation de sensations, de perceptions, de pensées, nous indiquent des Possibles.
Dialogue, Stratégies, Actions.
LCE logements
Lyon Confluence – Ilot B2
Lyon, France
2015

programme : 94 logements, 91 chambers étudiantes, commerces, bureaux, crèche, parking
surface terrain : 3 990 m2
surface de plancher : 12 056 m2
logements:
building 1 : 1 614 m2
building 2 : 1 862 m2
building 3 : 2 838 m2
building 4 (student+logements): 1 599 m2 + 2 109 m2
bureaux : 2 846 m2
commerces : 680 m2
crèche : 106 m2

maître d’ouvrage : SPL Lyon Confluence
Alfonso Femia / Atelier(s) Alfonso Femia avec Siz-Ix Architectes
paysagistes : Atelier Anne Gardoni
BET structures et fluides : Artelia Bâtiment & Industrie
BET acoustique : Génie acoustique
BET hydrologie : Antea Group
BET environnement : Inddigo
promoteur : Eiffage
labels et certifications: HQE

images : © Atelier(s) Alfonso Femia & Asylum
Le parti architectural que nous proposons pour l’îlot B2 a été pensé en continuité des volontés urbanistiques développées par l’équipe d’aménagement de Lyon Confluence II.
Nous avons fait le choix de ne pas remettre en cause les axiomes de base du projet : géométrie et position des blocs, hauteurs, emplacement des différentes fonctions. Nécessaires à la bonne intégration de l’ilot B2 dans l’ensemble du nouveau quartier de Confluence, ces données sont pour nous la garantie de la cohérence avec le “Tout” formé par le projet urbain.
Nous avons simplement repris l’histoire là où l’écriture des urbanistes l’avait arrêtée. Nous avons continué à développer ce projet avec conscience, respect, plaisir et passion. Nous nous sommes attachés à construire, sur la somme des contraintes du Cahier des Charges, une stratégie de développement des différentes parties – vides et pleines – de l’ilot permettant d’insuffler de la vie et de la force à l’intérieur de celui-ci.
Nous avons cherché à comprendre les caractéristiques de chaque élément, leur nature, la teneur et le ton de leur dialogue avec le contexte. Nous avons tenté d’épuiser chaque possibilité et avons écrit un scénario original, ambitieux, sensible et cohérent.
Nous sommes repartis du fondement qui identifie et caractérise l’îlot B2 : un parallélépipède rectangle posé à l’intersection d’axes majeurs de la Confluence. Ceux de la darse et du cours Charlemagne, d’abord, cardo et decumanus imaginaires de cette partie de ville ; et celui du futur pont des Girondins ensuite, irrégularité dans la trame statique, poussée violente d’un Lyon par-delà le Rhône qui vient lui aussi s’ancrer dans cette portion de territoire.
Nous nous sommes également interrogés sur le rôle et l’importance de l’eau dans le projet ; omniprésente physiquement sous trois formes (fleuve, rivière et darse), son pouvoir onirique emplit l’atmosphère de Confluence, joue des architectures présentes par ses reflets ; et constitue finalement la première source et le premier miroir du projet.
Cet emplacement majeur, unique, nous obligeait à porter la plus grande attention aux limites, et à considérer chaque action sur l’un des éléments du projet comme une action sur l’ensemble. Pour cela, il a été décidé de ne pas séparer les bâtiments entre architectes comme cela se fait souvent ; mais plutôt d’entamer un véritable travail collaboratif d’Ateliers, de discussions et d’échanges, pour arriver à une proposition commune partagée.
Ainsi, cette réflexion et ce travail global nous ont amené à considérer les bâtiments de l’îlot B2 comme les membres d’une seule famille. Ils partagent un socle commun, l’espace qui les lie et quelques valeurs (architecturales, environnementales, constructives).
Ils sont tous différents, façonnés à leur manière selon les programmes qu’ils abritent, les relations qu’ils entretiennent les uns avec les autres et la réaction qu’ils opposent au contexte. Ils ont tous un rôle urbain à jouer dans le quartier de Confluence II.
NCE tertiaire
Nice Ecocité
Nice, France
2013

programme : Construction d’un immeuble de bureaux avec un parking voitures privé de 80 places et un parking vélos public de 380 places
surface total : 12 000 m2

maître d’ouvrage : Constructa Promotion
Alfonso Femia / Atelier(s) Alfonso Femia avec Pietri Architectes
BET structures et fluides : Sudequip
BET environnement : Green Affair

images : ©Atelier(s) Alfonso Femia & Scriptogram
Notre projet se développe selon une stratégie qui recherche l’équilibre. Nous sommes partis à la recherche d’une densité juste ; celle permise par le site, le contexte. Nous avons tenté d’introduire de la qualité de vie dans ce nouvel espace urbain : des espaces architecturaux partagés ; un rez-de-chaussée technique ; l’articulation d’un vide spatial comme respiration et connexion visuelle entre deux sols ; la masse et présence d’un monolithe creux ; un couronnement comme objet symbolique dans le paysage. Une réponse proche du réalisme magique qui appartient à ce territoire si bien décrit par Cézanne, Matisse ou Monet. Une réponse responsable au lieu.
Le programme du projet est un ensemble tertiaire de 12 000 m2 en connexion directe avec le futur pôle multimodal. Point de repère dans le paysage, il participe à la composition d’un nouvel ensemble et crée l’identité d’un lieu. Ce bâtiment jouera le rôle de transition territoriale et de structuration spatiale d’un quartier. Véritable interface entre le rue du tramway et le faisceau SNCF, sa structuration en strates programmatiques apportera une réponse logique et cohérente face aux exigences d’une vision d’ensemble. Transparence et ouverture : ces deux notions entrent en dialogue avec la ville et fondent notre projet à travers un contrôle de compacité.

Pour ce faire, le projet s’appuie sur plusieurs concepts fondateurs :
– le bâtiment en tant que corps – qui vit, respire, sent, vibre, pèse, désire ;
– le dialogue des matières, des usages, des époques – la polyphonie ;
– l’émerveillement devant l’inhabituel, les élements naturels mis en scène – l’air, la terre, la lumière ;
– la phénoménologie de l’espace – un travail sur le ressenti, les sensations, la chaleur des sentiments favorisée par rapport à la froideur de l’intellectualité.
Ces principes qui nous ont accompagnés tout au long de notre réflexion ont donné naissance au projet développé pour la construction d’un ensemble tertiaire sur le lot 3.3 de l’Eco-Cité de Nice.