RBN vidéos
Rome
©Open House Roma
21 Octobre 2020

Alfonso Femia présente le projet Orizzonte Europa – nouveau siège social de BNL-BNP Paribas à Rome – aux côtés d’Antonio Marino (Directeur BNL Real Estate Director) et Paolo Mantero (architecte intérieur).
Un événement multimédia interactif à la découverte de ce nouveau monument romain qui a répondu à de nombreux objectifs qualitatifs en raison de sa durabilité intrinsèque.
L’événement sera modéré par l’architecte Gianni Terenzi.
Gênes
©Artribune
Mars 2020

Alfonso Femia est interviewé par Artribrune à propos de l’urgence actuelle liée au Covid-19.

« L’urgence ne doit pas être une excuse nous faisant oublier que les hôpitaux doivent être conçus en amont des pandémies. Un architecte peut aussi contribuer à cette urgence, relevant du domaine de la protection civile à qui nous devons donner tout notre soutien possible. La capacité de préfabriquer, en quelques jours, une médecine intensive ne doit pas nous exempter de nos véritables responsabilités. Le futur, le lendemain de l’urgence devra faire naître une vision responsable et un projet, tout aussi bien à l’échelle nationale qu’internationale, avec pour base son territoire et ses principales fragilités sociales, économiques et urbaines. » AF
Centre de congrès international pour International Finance Forum

Hengli Island (Guangzhou), Chine
2019

programme : Centre de congrès international, hôtels, villas VIP et appartements VIP
surface total : 242 391 m2
surface utile : 323 700 m2
maître d’ouvrage : International Finance Forum
projet : Alfonso Femia / Atelier(s) Alfonso Femia avec AARCH-MI
paysagiste : EA-DG
dynamique des fluides architecturale et environnementale : BuildWind
images : ©Atelier(s) Alfonso Femia & EA-DG
« The marine environment, the calm presence of water, the luxuriant « intrusiveness » of nature will contaminate the architecture of this complex, making the spaces harmonious and giving a strong identity and recognition. » AF
The entire complex of the International Finance Forum is located in the eastern tip of thelarge urban area of Nansha New Area. The complex consists of the conference center, a hotel and related services, a residential complex of 20 VIP villas, located in the South Plot and a housing district in the North Plot. The project organizes the program in separate elements, each with its own identity and specificity, immersed in the lush nature of the place and contaminated by the presence of the surrounding water through canals, artificial lakes and swimming pools. The location in the eastern tip of the area allows the whole complex to be understood and lived as part of a large natural park, although fragmented in the various programs. The project comes to life with guidelines dictated by the landscape that penetrates thearea on the east front and the plot of the new neighborhood in development on the westside. These two thrusts define the points of development of the built and the natural landscape, a delicate but solid balance between artificial and natural. The different programs immersed in nature can guarantee a degree of intimacy to its users and at the same time be in constant contact with the public areas more oriented towards the west and towards the entire neighborhood in development. A sinuous walkway at high altitude will connect all the programs passing close to and hooking them through suspended squares, ramps and transversal walkways up to go inside the area, in adherence to the conference center, with a walkway that climbs a more made look out observation levels to enjoy the view of the entire complex and even more on the entire area of Nansha, one on the horizon and the sea. The whole area will be characterized by different areas but linked by a common denominator, nature, reflections, light, natural materials or references to the surrounding nature and warm and intense colors. A serene and calm atmosphere dedicated to the Forum, its inhabitants, the importance and delicacy of the topics dealt with. A convivial and at the same time intimate atmosphere will be guaranteed by the management of flows and accesses and the organization of common spaces. The project wants to create a place dedicated to mutual collaboration, harmonious communication and the pleasure of sharing and living a tailor-made environment. The marine environment, the calm presence of water, the luxuriant « intrusiveness » of nature will contaminate the architecture of this complex, making the spaces harmonious and giving a strong identity and recognition. The program itself requires rigorous attention to flow management, access management and security in space control. The entire sector will be served by a perimeter road system, freeing up all the space on the ground for pedestrian routes. The Conference Center, the hotel and the residences will be served by underground parking lots. The villas will be served by controlled access roads on the west side of the parcel. Aviability at reduced speed and integrated into the landscape will serve the individual villas.
Construction d’un nouvel Hôtel de Ville à Mougins
Mougins, France
2018

programme : Construction d’un nouvel Hôtel de Ville à Mougins (hall d’accueil, salle municipale, bureaux, police municipale, cafétéria, salle de sport)
superficie totale: 9 447 m2
maître d’ouvrage : Comune di Mougins
Alfonso Femia / Atelier(s) Alfonso Femia avec Demogo
Paysagiste : Base land
BET HQE : Oasiis
BET structures : Artelia
BET fluides : Artelia
BET electricité : Artelia
BET VRD : Artelia
BET acoustique : Peutz
economiste : R2M
images : ©Atelier(s) Alfonso Femia & Diorama
« Succession de bâtiments, comme une séquence stratifiée de volumes – chacun ayant un rôle urbain, fonctionnel et paysager – chacun en dialogue direct avec une partie du site et son ensemble. » AF
Le programme du projet et le site, en pente, nous ont suggéré de penser le bâtiment comme succession de bâtiments, comme une séquence stratifiée de volumes – chacun ayant un rôle urbain, fonctionnel et paysager – chacun en dialogue direct avec une partie du site et son ensemble.
Le paysage est un acte fondateur du système et passe le témoin de ses différentes natures : place, jardin, promenade, patio, terrasses.
Les bâtiments accompagnent le paysage avec une modalité toujours différente afin d’entrer en contact : porche, pergola, cour, toit-jardin…

Le projet crée un paysage dans le paysage mais également une perception visible continue, en lien avec le territoire. Les volumes sont ouverts et pensés comme des éléments en contact direct avec l’extérieur : le porche, la coupe vitrée de la salle du Conseil, la voûte ouverte des bureaux de la Mairie. Chacun vivra l’intérieur et l’extérieur de manière contemporaine, avec un accès direct à la lumière et à la matière.

Cité Scolaire Internationale de Marseille

Marseille, France
2018

programme : Construction de la Cité Scolaire Internationale de Marseille (69 classes – 2 190 élèves) comprenant un lycée de 30 classes (1050 élèves), un collège de 24 classes (720 élèves), une école élémentaire de 15 classes (420 élèves) avec un pôle restauration, un internat de 200 lits, 13 logements de fonction, un pôle culturel (avec CDI et salle polyvalente de 400 places) et sportif (une grande salle de 44 m x 24 m avec gradins et 4 salles de sport) 

> surface totale: 27 153 m2 SDP
> ilot 1C (école, pôle sportif, internat, logements de fonction, pôle restauration, maintenance, 1 niveau de parking souterrain) : 13 762 m2 SDP
> ilot 1B (collège-lycée, pôle culturel, vie scolaire, pôle administratif commun, 1 niveau de parking souterrain) : 13 391 m2 SDP
maître d’ouvrage : Région SUD
représenté par : SPL AREA
projet : Alfonso Femia / Atelier(s) Alfonso Femia avec ILR Architecture
paysagiste : Wagon Landscaping
ingénierie structure – fluides – acoustique : TPF Ingénierie
HQE, environnement : Addenda
entreprise mandataire : Cardinal Edifice
entreprise CVC – engagement énergétique – maintenance – commissionnement : ENGIE Axima
entreprise électricité – engagement énergétique – maintenance – commissionnement : ENGIE Inéo
economie – OPC : CEC
images : ©Atelier(s) Alfonso Femia & Diorama
maquette : Stefano Rossi
« Marseille est une ville internationale. Marseille est une ville méditerranéenne.
Penser et imaginer une Cité Internationale, c’est penser et imaginer l’histoire de Marseille, une ville qui a été pendant des siècles un lieu de destination, de flux, de migrations, d’échanges commerciaux et sociaux. » AF
Marseille est l’une des villes européennes dont la transformation est la plus importante, une ville qui poursuit son développement du sud au nord avec l’idée de reconquérir son territoire.
Le projet de la Cité Internationale se situe dans une jointure entre le Marseille historique et une partie de la ville en développement où différentes caractéristiques urbaines, sociales et humaines cohabitent pour la première fois : la trame urbaine, la verticalité des tours, le front de mer et le port.
Tout se transforme : les modes de vie, les moyens de se retrouver ; c’est le lieu idéal pour la création d’un lieu de formation et du futur comme la Cité Internationale.
Marseille est une ville internationale. Marseille est une ville méditerranéenne.
Penser et imaginer une Cité Internationale, c’est penser et imaginer l’histoire de Marseille, une ville qui a été pendant des siècles un lieu de destination, de flux, de migrations, d’échanges commerciaux et sociaux.
Le projet de la Cité Internationale rencontre la dimension internationale de la ville, sa représentation et son appartenance.
Le projet a cette dimension.
Il est méditerranéen dans sa manière de vivre sa lumière, sa matière.
Il est international dans son hybridation, sa stratification, sa façon de construire un paysage dans le paysage afin que la diversité des moments du projet puisse devenir un lieu réel.
C’est la caractéristique des lieux hybrides typiquement internationaux.
C’est la dimension que Marseille possède déjà et possèdera encore plus grâce au projet de la Cité Internationale.

AMG musées
Musée de Marengo

Spinetta Marengo (AL), Italie
2018

surface projet :
> auditorium : 630 m2
> ancienne auberge : 1 100 m2
> C.T. : 81 m2
> ferme : 960 m2
> musée Marengo : 1 119 m2
> pyramide d’entrée : 290 m2
maître d’ouvrage : Città di Alessandria
projet : Alfonso Femia / Atelier(s) Alfonso Femia
images : ©Atelier(s) Alfonso Femia
« Un fil bleu entre territoire, paysage et architecture. » AF
The volumetric articulation in a sequence of figures that flank each other, establishing spatial and visual relationships with the territory, with the architecture of the places and with open spaces is the main characteristic of the Marengo Museum. The project aims to radicalize this aspect by concentrating the main design attentions – capable of connecting and giving an operational and vital heart to the whole complex – on the Manica Rustica system. Paths, sequences, perceptions, public spaces (the 3 squares), landscape are the themes that must dialogue in a fluid and natural succession.

An intervention that focuses on the Manica Rustica but deals at the same time with defining the entrance of the Pyramid building, rethinking its internal atmosphere as a covered public space, an intermediate space between the outside (the landscape and the territory) and the volumes of the museum, where a floor with writings that recall the history of the places and a new lighting seek to free the space making it more convivial. In this way, a blue thread is introduced creating the necessary elements for the re-functionalization of the complex (the safety staircase, the new terrace, the new space-planning of the Manica Rustica) and an action is triggered to enhance the value of its heritage following a process that can be enriched over time with further ideas and actions.

Playwork, la pulsation de la Ville

Paris, France
2017

programme : Restructuration du site « La Marseillaise » à Paris 19ème : hôtel d’entreprise, incubateur d’entreprises, hôtel (4 000 m2), bureaux, cafés, restaurants, salle événementielle (200 personnes), salles d’entraînement et de formation spécialisées dans le E-sport
maître d’ouvrage : Ville de Paris
projet : Alfonso Femia / Atelier(s) Alfonso Femia avec
paysagiste : Atelier Roberta
agence de développement économique et d’innovation : Paris & Co
HQE : Lab Ingénierie
réemploi de matériaux : Mobius
participation citoyenne numérique : Fluicity
conception lumière : Agence On
structure : Khephren
acoustique : AVLS
fluides : Gesys
promoteur : BNP Paribas Real Estate
images : ©Atelier(s) Alfonso Femia
« Un lieu ouvert sur l’extérieur, associatif, collaboratif, favorisant le partage et l’esprit d’équipe, fédérant joueurs, développeurs, entrepreneurs et Start up autour d’une passion commune : l’e-Sport, accessible à tous, quelque soit son âge, son sexe ou son milieu social. » AF
Notre volonté est d’ancrer le projet dans son environnement : la proximité immédiate de la Cité de la Musique – Philarmonie de Paris, du centre sportif Ladoumègue, de la Villette avec notamment le théâtre Paris Villette, la grande halle, le Zénith, sont des atouts indéniables et constituent l’ancrage de notre projet.
Notre ambition pour le site de la Marseillaise est d’en faire une nouvelle centralité.
Nous souhaitons créer un lieu multifonctionnel hybride, ouvert, tourné vers la communauté des gamers en réponse à l’explosion du e-Sport comme sport électronique et à son éventuelle intégration aux épreuves des Jeux Olympiques de 2024.
L’ambition est de faire de Paris la capitale du e-Sport. Notre projet « Playwork – La Pulsation de la Ville » en constitue la colonne vertébrale.
Enthousiasmée par les défis à relever pour faire de ce site une destination francilienne majeure, BNP Paribas Real Estate a constitué une équipe de professionnels et de passionnés, aux compétences complémentaires et diversifiées, pour apporter une réponse originale, à la hauteur des ambitions de la ville de Paris : Playwork.
Un lieu ouvert sur l’extérieur, associatif, collaboratif, favorisant le partage et l’esprit d’équipe, fédérant joueurs, développeurs, entrepreneurs et Start up autour d’une passion commune : l’e-Sport, accessible à tous, quelque soit son âge, son sexe ou son milieu social.
La création d’animations lumineuses interactives et ludiques sous le passage du périphérique vers ce nouveau lieu va permettre à Playwork de s’affirmer comme une destination métropolitaine majeure, accueillante, un lieu de rencontre et un pôle d’animation, pour séjourner, s’entrainer, travailler, créer et/ou se divertir collectivement, en s’enrichissant socialement et humainement.
Playwork sera un lieu inclusif avec une ambition Bas Carbone forte. Notre démarche entre dans une logique de réduction des émissions de gaz à effet de serre, et ne se limite alors plus à l’approche bâtimentaire, mais également à son environnement, son usage, à sa gestion et à sa mutabilité.

Quartier d’affaires
Bab Ezzouar, Algérie
2016

programme : logements, hôtel, bureaux, centre de loisirs, commerces
surface totale : 10 170 m2
surface utile : 32 000 m2 SDP
maître d’ouvrage : SARL INTERNATIONAL INFRASTRUCTURE INVESTEMENT 3I
Alfonso Femia / Atelier(s) Alfonso Femia avec SEETA Smail Belgacem
images : ©AF517 & ParisRenderstudio
Le projet s’insère dans la nouvelle zone de développement du quartier Bab Ezzouar, zone d’expansion au sud-est de la ville d’Alger et à proximité de l’aéroport international. Le site se développe en longueur, vers le sud, et fait face à la rue principale du quartier et, au-delà au chemin de fer. La gare Bab Ezzouar est proche du projet. Côté opposé, au nord, le site fait face à une autre parcelle constructible ; cette dernière, à l’est, est en contact avec la rue principale du quartier et l’autoroute qui amène de l’aéroport au centre.
La configuration longitudinale de la parcelle détermine la forme allongée du volume construit. Le programme structure la composition volumétrique. La double hauteur de l’espace commercial en RDC crée un socle sur lequel les cinq volumes du programme s’installent. Le front bâti vers l’ouest, visible depuis l’autoroute, est caractérisé par le haut volume de l’hôtel. Au centre, les deux volumes du centre de loisirs et des bureaux sont encastrés l’un dans l’autre. Vers l’est, le système se termine par les deux volumes des appartements-hôtel.
La possibilité d’une hauteur de 48 m maximum permet la création d’un profil volumétrique très varié et riche de percées visuelles qui crée une relation entre les façades.
Le dialogue entre la lumière et les ombres, élément principal de l’architecture algérienne, est raconté à travers la réélaboration du Mashrabiya : des protections solaires aux décorations de style orientale. Le projet les réinterprète et les stylise dans une lecture contemporaine. Chaque partie du programme aura une texture homogène ; différente en terme de géométrie mais cohérente en terme de matière : un béton biodynamique clair qui peut être réalisé en panneaux avec les géométries désirées, avec des inserts de pierres locales. Ceci est le moyen – en termes de caractéristiques techniques et constructives – d’innover dans le projet du quartier de Bab Ezzouar.

Marché de gros à Milan
Milan, Italie
2015

programme : Réhabilitation du Marché de gros à Milan. Le marché est décomposé en deux grandes zones : les pavillons dédiés au gros et les bâtiments logistiques incluant le libre-service de gros.
surface totale : 102 248 m2

bureaux : 18 180 m2
activités liées au marché : 84 068 m2

maître d’ouvrage : Ortomercato Milano
Alfonso Femia / Atelier(s) Alfonso Femia avec
BET structures, fluides et environnement : Artelia

images : ©Atelier(s) Alfonso Femia

L’emprise du projet urbain a été légèremment agrandie et totalise 67 hectares.La trame verte du site est améliorée par l’élaboration d’une sorte de “promenade linéaire” entre les parcs Guido Galli et Alessandrini. Pensée à l’échelle territoriale, celle-ci constitue à l’échelle du lieu une ceinture verte permettant l’habitabilité de la zone B et des relations “douces” avec le marché.
Le marché se positionne sur une surface de 39 hectares environ, entre les axes viaires principaux de la zone et à proximité des voies ferrées.
Le front urbain construit dans la zone B le long de la via Cesare Lombroso vise d’une part à souligner par son expression architectonique et sa densité urbaine l’importance de cet axe historique et la présence de la tour SO.GE.M.I. ; et d’autre part à créer une nouvelle centralité, composée de programmes mixtes et d’influence internationale. Ce front urbain devra travailler la dimension représentative de son architecture.
Le front urbain pensé pour la zone B est secondaire dans la hiérarchie des voies. Il développe une densité moindre ; faite de programmes plus locaux, plus “fragiles” (habitations notamment). Ce front urbain constitue cependant la véritable liaison entre le marché et la ville.
La grande couverture appartient au marché, à la zone A. Elle agit comme un liant architectural et constitue la façade principale du projet, son image, son identité. Ses dimensions garantissent également une certaine flexibilité d’usage.
Notre proposition d’utiliser des éléments de Land Art le long du parc Alessandrini et pour les zones 1-5 et 1-6 naît du constat de la difficulté – voire l’impossibilité – de construire entre les voies et en même temps du repérage d’une ancienne liaison viaire.
Les Docks de Marseille
Marseille, France
2009-2015

Distinction aux Prix Européen d’Architecture « Philippe Rotthier » – thème « L’eau, l’architecture et la ville » (2017)
Prix « Mies Van Der Rohe », nominé (2017)
Iconic Awards, lauréat du prix « Best of Best » (2017)
FX International Awards, prix pour le « meilleur projet global »(2016)
Mapic Awards, prix pour le « meilleur projet commercial urbain » (2016)
ULI Global Awards for Excellence (2016)
LEAF Awards, prix pour le « Centre commercial de l’année » (2016)
MIPIM Awards, prix pour le « Meilleur centre commercial » (2016)
The Plan International Awards, premier prix dans la catégorie « Rénovation » (2016)
Prix International « Grand Prix » Casalgrande Padana, premier prix dans la catégorie « Façades » (2016)
« Ceramics of Italy » – La Ceramica e Il Progetto, premier prix dans la catégorie « Commercial – Hôtellerie » (2016)

programme : Restructuration des rez-de-chaussée, des cours et des caves du bâtiment des Docks – création de 50 commerces, 20 restaurants, 1 marché, 1 espace événementiel, espaces de loisirs et services
surface total : 21 000 m2
rez-de-chaussée haut : 10 912 m2
rez-de-chaussée bas : 8 338 m2
cours : 1 415 m2
stockage : 528 m2
maître d’ouvrage : JPmorgan, Constructa Urban Systems
Alfonso Femia / Atelier(s) Alfonso Femia avec
BET structures : Secmo
BET fluides : G2
BET economie : R2M
bureau de Contrôle: Bureau Veritas
promoteur : Vinci-Dumez Méditerranée et Girard
façade nord : Atelier(s) Alfonso Femia & Tapiro design
photos : ©Luc Boegly
maquette en céramique : Danilo Trogu
livres : « Les Docks Marseille », « Les Docks, Marseille »

Révéler la beauté d’un site pour le donner à partager. La transformation des Docks de Marseille permet de retisser les liens entre ce site et la ville, les usagers des lieux, le passé et l’avenir. L’architecture est une réponse spécifique à un contexte précis : le projet tisse des relations entre les Docks, la ville et la mer. Le soubassement de l’édifice existant s’ouvre pour créer des brèches, des transparences et de nouvelles connexions, se prolongeant jusqu’à la mer. L’aménagement des cours intérieures est pensé en fonction des différents flux, donnant à ces lieux des intensités différentes.
Université IULM6
Milan, Italie
2003-2015

Prix International « Grand Prix » Casalgrande Padana, catégorie « Façades » (2016)
Mention d’Honneur « The Plan International Awards » dans la catégorie « Enseignement » (2015)
Distinction au concours « La Ceramica e il Progetto » dans la catégorie « institutionnel-design urbain » (2015)
Distinction pour le prix « AIT International Awards » (2014)

programme : Agrandissement de IULM (Université libre de Langues et de Communication) : tour : Laboratoires et récherche; bâtiment nord : restaurant et cuisines du campus; bâtiment sud : salles, laboratoires et bureaux, auditorium (600 sièges)
surface : 9 950 m2
maître d’ouvrage : IULM Université de langues et de communication
projet : Alfonso Femia * avec
BET structures : IQuadro ingegneria
BET fluides : Deerns Italia spa
prévention incendie : Studio Tecnico Zaccarelli
entreprise : Italiana Costruzioni spa
photos : ©E.Caviola, ©S.Anzini, ©L.Boegly
maquette en céramique : Danilo Trogu
« Une périphérie devenue un centre. Un nouveau bâtiment qui ne s’implante pas au hasard sur la parcelle, à l’image de tant d’autres réalisations modernes, mais qui construit des pleins et des vides. Un bâtiment qui semble imiter le contexte, briques, béton brut, verre, enduit. Et puis, à l’intérieur, une explosion de céramiques vert émeraude. Comme un phare au coeur du brouillard. »
The space in which the city enters the university and the university opens its knowledge. A place for dialogue and communication essential in every university. The three buildings that divide the building space are designed for distinct but complementary functions. 1) The tower, centered on a helical staircase, is where the classrooms, laboratories, archives – and their consultation spaces – the digital library are located. 2) The south building, low and linear, houses various types of academic facilities (offices, laboratories, rooms, classrooms) and also areas for hosting events and activities related to companies. 3) The north building, in direct contact with IULM headquarters, is also low and linear (two floors) to allow permeability with IULM itself. This building houses the canteen and kitchens, the library, and the more traditional archives, compared to the digital one of the Tower. The auditorium represents another essential hub of the complex: the communication between the university and territory finds its most extensive dimension in a place of great architectural prestige suitable for projections, congresses, cultural and artistic events. In this way, IULM can strengthen its vocation as a multipurpose cultural center for the most vital Italian city in the artistic field.
Nouveau complexe scolaire
Zugliano, Italie
2010-2013

Distinction Spéciale LIGNIUS Made in Italy Architecture Competition (2017)

programme : Nouveau groupe scolaire a Zugliano (Vicenza)
surface totale : 3 500 m2 (dont 1 000 m2 de cour intérieure)
maître d’ouvrage : Ville de Zugliano
projet : Alfonso Femia * avec Diego Peruzzo, Sandro Cavalieri
BET structures : IQuadro Ingegneria srl
BET fluides et environnement : Ai Engineering srl
maquette en céramique : Danilo Trogu
photos : ©E.Caviola
livre : « Une école pour Zugliano »
« Une societé qui décide d’agir et de participer, commence avec la construction d’écoles. Une communauté qui croit en l’école comme un édifice public et la représentation de soi est une communauté qui interagit avec l’histoire, avec les sentiments collectifs et l’avenir. » AF
Projeter, concevoir une école est un événement public. C’est pourquoi, nous avons imaginé un bâtiment qui est à la fois représentatif et fonctionnel, reconnaissable et simple, doté d’une capacité à dialoguer avec le territoire et le paysage,  tout en étant sécurisé et protecteur.
Le projet naît de deux éléments territoriaux : la ligne horizontale du périmètre, le profil de la montagne et des collines. Le thème du projet est d’exploiter ces conditions afin de construire un bâtiment représentatif et fonctionnel, ou bien un système en mesure de déclarer son appartenance au contexte, en renforçant ses caractéristiques propres.
Nouvelle paroisse de S. Ignazio da Laconi
Olbia, Italie
2012

programme : Projet du nouveau complex de la Paroisse de “S.Ignazio da Laconi”, en Olbia, comprenant l’église, le presbytère et le bâtiment du ministère pastorale
> surface totale : 8 243 m2
> surface utile : 2 016 m2
> église : 900 m2
> presbytère : 266 m2
> ministère pastorale : 850 m2
maître d’ouvrage : CEI, diocesi tempio Ampurias
projet : Alfonso Femia * avec arch. Nunzio Camerada
consultant BET structures : Roberto Mancini FOR engineering
artistes: Claudio Parmiggiani, Danilo Trogu
images: ©Atelier(s) Alfonso Femia
« L’iconographie est conçue selon les besoins liturgiques et culturels locaux et est le résultat d’une collaboration organique entre designer, artiste, liturgiste.
La céramique, manteau qui dessine tout le volume, constitue une vision sentimentale de l’édifice, aux côtés de la pierre, matière du lieu et de la peau de tout le complexe paroissial. » AF
Les deux âmes du projet cohabitent dans le plan architectural : la laïque et celle consacrée au culte. Le cercle, le centre de la composition, représente l’église. À côté, un système linéaire protège et soutient le cône, contenant le reste du programme : les salles de classe, la salle paroissiale, les espaces consacrés au ministère pastoral et le presbytère. Le cône et sa forme douce renvoient symboliquement au manteau de la Vierge Marie qui embrasse et protège les fidèles dans la prière.
ASR tertiaire
Agence Spatiale Italienne
Rome, Italie
2005-2012

Mention d’Honneur « The Plan International Awards », « Bureaux » catégorie (2015)

programme : Réalisation de la nouveau siège pour l’A.S.I. (Agence spatiale italienne) à Tor Vergata, Rome
surface : 28.600 m2
maître d’ouvrage : Ministère de l’équipement et des Transports, SIIT Lazio
projet : Alfonso Femia * avec Annalaura Spalla
BET structures : Camillo Nuti
géologie et géotechnique : Donatella Pingitore
entreprise : SAC – Società Appalti e Costruzioni spa
photos: ©E.Caviola
photos maquette : ©S.Anzini
maquette en céramique : Danilo Trogu
« Une périphérie qu’on nomme Centralité. Aucune urbanité. Immenses objets préfabriqués.
Un projet qui se compose de volumes simples, noirs, de différentes brillances, opacités, qui se combinent entre eux dans un équilibre apparent. L’instant juste avant de se mettre en mouvement. Ou alors, l’instant exact de suspension et de pause pendant leur mouvement. »
Le thème du projet est celui de la recherche de l’équilibre.
Un équilibre formel basé sur la dissociation.
Un édifice constitué de différentes fonctions, d’une série de corps de fabrique distincts, doit se construire à travers un processus de composition qui implique les corps mêmes et les interstices, en thématisant le système de circulation et les connexions.
La recherche de la Synthèse, propre au processus créativo-projectuel, doit affronter ce dilemme et le résoudre.
Peut être à travers la désinvolture d’une Métaphore.
Ici, la Métaphore est le manque de gravité, le flottement joyeux, qui, de façon imprévue trouve un moment d’équilibre.
Equilibre dissocié car non basé sur la symétrie, sur le balancement des poids par rapport à un ou à plusieurs axes, mais sur une suspension des masses, correspondant à un système perceptif de mouvement et de connexion.
Le noir total des immeubles, des différents matériaux, augmente cette sensation d’étrangeté et de mystérieux équilibre.
Centre de Congrès de Padoue
Padoue, Italie
2012

programme : Centre de Congrès de Padoue
> surface totale : 1 000 m2
> surface utile : 14 338 m2
maître d’ouvrage : Fiera di Padova Immobiliare SpA
projet : Alfonso Femia * avec
BET structures : I Quadro Ingegneria srl
BET fluides et environnement : Deerns Italia S.p.A.
computi, capitolati: FOR Engineering Architecture
architettura, aspetti normativi, VVF: TecnoStudio S.r.l.
acustica architettonica, audio video luci: Biobyte srl
images : ©Atelier(s) Alfonso Femia & Julien Cottier
« La régularité et la compacité des façades, la ligne créée par la hauteur qui respecte la limite des 20 mètres sont des éléments importants pour intéger le projet autant à petite qu’à grande échelle. » AF
Le projet s’intègre dans le territoire comme un bâtiment aux volumes et formes homogènes. La régularité et la compacité des façades, la ligne créée par la hauteur qui respecte la limite des 20 mètres sont des éléments importants pour intéger le projet autant à petite qu’à grande échelle.
L’habillage extérieur et la « tête » du complexe définissent les limites et les volumes du lot et de l’ensemble de l’exposition. Le projet s’attache à une qualité particulière, à la fois artistique et formelle, en utilisant différents matériaux, couleurs et textures : la céramique, le métal élargi, le béton apparent sont autant d’éléments qui font les façades extérieures. La volonté du projet est de créer une nouvelle architecture qui sera le reflet des actions innovantes de Padoue.
Les silos à grain à Louvres
Louvres, France
2011

programme : Appel à idées afin d’imaginer la mise en valeur et le devenir d’un silo à grains, patrimoine industriel remarquable de la Région Ile-de-France construit au début des années 1950. Le projet se fait dans une double logique : mise en valeur du patrimoine agricole du territoire de la Plaine de France et intégration à un futur éco-quartier de 3500 nouveaux logements
surface : 3 639 m2
maître d’ouvrage : EPA Plaine de France
projet : Alfonso Femia * avec
plasticien lumière : Yann Kersalé
images : ©Atelier(s) Alfonso Femia, AIK & Scriptogram
« Un entre-deux vivant et complexe, des escaliers extérieurs graphiques et légers en contraste avec les masses de béton des silos, des passerelles liant les bâtiments, des puits de lumière, des hauteurs sous dalles diverses qui permettent des percées visuelles différenciées. » AF
Notre proposition pour la réinterprétation des silos à grains de Louvres pourrait donc se résumer en ces mots : faire du patrimoine agricole et industriel des communes de Louvres et de Puiseux-en-France le lieu fédérateur du nouvel éco-quartier, « l’endroit qui regroupe tout le monde », souhaité par l’habitant de Louvres cité dans le compte-rendu de l’atelier de concertation du 23.06.09, « Vivre Ensemble ».
Notre projet a pour volonté de respecter, d’exprimer et de conserver l’identité industrielle du site. Les photos ci-contre, toutes prises sur le lieu des silos, illustrent quelques-unes des thématiques reprises par le projet : un entre-deux vivant et complexe, des escaliers extérieurs graphiques et légers en contraste avec les masses de béton des silos, des passerelles liant les bâtiments, des puits de lumière, des hauteurs sous dalles diverses qui permettent des percées visuelles différenciées, etc…
Les liens symboliques et historiques liant les silos de Louvres à leur territoire, aux villes de Louvres et de Puiseux et à leurs habitants sont mis en valeur et renforcés, notamment par le travail sur la notion de « signal », de visibilité de l’objet dans le paysage et l’espace public.
Cette intervention a également été pensée dans un souci de faisabilité économique : conserver les bâtiments qui peuvent l’être, utiliser un dessin simple et économe, employer des matériaux peu onéreux mais esthétiquement satisfaisants, veiller à un possible échelonnement du calendrier de réalisation en fonction de celui du nouvel éco-quartier, introduire une certaine souplesse dans les fonctions proposées…
Notre projet propose une vision poétique et pragmatique des silos. Une idée de mise en valeur d’un patrimoine industriel encore proche qui, loin de geler celui-ci, le laisse évoluer encore et le projet dans l’avenir.
Un lieu fédérateur entre histoire et contemporanéité.
EEU urbanisme
Programmation et analyse urbaine
Bry, Champigny, Villiers-sur-Marne, France
étude 2011

programme : Programmation et étude urbaine sur la nouvelle polarité du cluster Descartes Bry-, Champigny- et Villiers-sur-Marne (tertiaire, activités, logements, équipements et services)
surface totale : 211 000 m2
surface bâtie : 216 501 m2
logements : 126 900m2 (SHON créé)
activités : 320 420 m2 (SHON créé)
bureaux : 224 099 m2 (SHON créé)

maître d’ouvrage : EPAMARNE
Alfonso Femia / Atelier(s) Alfonso Femia avec Dialogue Urbain ASP
stratégie territoriale et programmation urbaine : Partenaires Développement – Groupe SETEC
BET transport et mobilité : MIC – mobility in chain

images : ©Atelier(s) Alfonso Femia

Ce travail de réflexion urbaine est effectué pour définir une proposition stratégique de planification pour le centre urbain de Bry-Villiers-Champigny-sur-Marne.
Cette nouvelle polarité se trouve au coeur de la dynamique de changement débutée par la création d’une nouvelle gare avec stations sur place du Grand Paris Express.
Ouvrir l’aire abandonnée de l’ancienne VDO, fortifier cette zone d’activités en travaillant sur sa mixité, son attractivité, est un des impératifs du projet qui comprend et croise plusieurs thèmes : la construction des nouvelles lignes de réseaux de transports publics, la réalisation d’un nouveau boulevard urbain, le développement d’une densité plus forte et d’une nouvelle mixité programmatique, structurée sur un réseau d’espaces verts et publics à l’échelle territoriale.
Villa entre ciel et mer
Sori (GE), Italie
2004-2011

programme : Réhabilitation d’une villa
surface totale : 200 m2
surface utile : 86 m2
maître d’ouvrage : Carpi & C. spa
Alfonso Femia / Atelier(s) Alfonso Femia avec
BET structures : Ms Ingegneria
BET fluides : Marco Taccini
geologie et geotechnique : Cesare Ferrero
SSI et OPC : Studio Russo
levé : Novenove progetti
photos : ©E.Caviola
« Entre ciel et mer.
Est-il possible d’habiter à la fois le ciel et la mer ?
À Sant’Apollinare, cette magie est possible.
La découverte d’un endroit recèle souvent des secrets que la nature a formé.
La découverte di lieu engendre stupeur et merveille… On peut voler les pieds appuyés au sol. » AF
Est-il possible d’habiter à la fois le ciel et la mer ?
À Sant’Apollinare, cette magie est possible.
La découverte d’un endroit recèle souvent des secrets que la nature a formé.
La priorité du projet doit être alors de mettre en scène cette condition exceptionnelle, en réinventant le lieu, en évidencant ce qui semble ne pas exister mais qui en réalité est là, latent, attendant d’être découvert.
Le projet se place alors autour du lieu, l’enserre, le filtre, l’utilise comme réceptacle de perceptions, jouant des contrepoints entre matières et densité. Ce que l’homme a fondé avec force et courage, il peut aujourd’hui y introduire de la légèreté et de la sensualité. Et la dimension…devient relative.
Le lieu est à conquérir avec volonté et responsabilité.
La découverte di lieu engendre stupeur et merveille… On peut voler les pieds appuyés au sol.

Le projet prévoyait une réhabilitation conservatrice avec un changement d’utilisation partielle du bâtiment existant et un réaménagement paysager-environnemental de la zone extérieure, y compris deux bâtiments en bois dans des conditions précaires. Le site est situé sur une pente dans une zone autrefois affectée par les activités agricoles, aujourd’hui en partie abandonnée, et sur laquelle insistent principalement des oliviers. L’intervention n’a pas impliqué de variation volumétrique du bâtiment mais a changé l’utilisation de la pièce du rez-de-chaussée, créant une continuité visuelle et spatiale de tous les environnements. Ceci a été rendu possible en remplaçant le grenier existant par une mezzanine / séjour qui, par un escalier intérieur, relie la zone «jour» au rez-de-chaussée et la «zone nuit» à l’étage supérieur. Le projet impliquait un modeste remodelage des pentes et la création d’une continuité fonctionnelle entre le bâtiment et les deux structures existantes à travers une promenade en lattes de bois qui permet d’embrasser visuellement et fonctionnellement l’ensemble de la propriété. Les deux bâtiments en bois, qui étaient dans des conditions précaires avant l’intervention, ont été reconstruits sans variations volumétriques offrant une enveloppe extérieure en bois et renfermant-cachant une deuxième vitre avec une toiture en ardoise. Le projet comprend également la construction d’une piscine juste au pied de l’immeuble.
PMS urbanisme
Masterplan stratègique de Palerme
Palerme, Italie
2011

programme : Masterplan stratègique de Palerme
surface totale : 3 700 000 m2
maître d’ouvrage : Confindustria Palermo
projet : Alfonso Femia * avec
ingénierie et aspects économiques : Intertecno Spa
consultant en urbanisme : UNDERS
consultant pour les aspects liés au trafic et aux infrastructures : MIC
consultants locaux : 0100
photos : ©E.Caviola
images: ©Atelier(s) Alfonso Femia
« Le partage d’objectifs stratégiques à l’echelle de la ville, la compréhension du poids des décisions urbanistiques qui ont une influence sur l’intérêt de chacun, sont les guides de ce projet urbain. »
La volonté du projet est de créer un système de lecture et d’interprétation de la réalité citadine et urbaine capable d’organiser, en termes urbains aussi bien qu’en termes de force symbolique, le paysage environnant.
Ce système qualifié d’«interprétatif» exprime d’une part la stratégie mise en place par le projet, de l’autre une certaine idée de la ville à venir, future, qui englobe le territoire de celle-ci. Cette vision pragmatico-stratégique tente de démontrer l’importance d’un rapport réfléchi entre espaces publics et espaces privés, en termes de ressources aussi bien que de capacités décisionnelles et de guidage. Le partage d’objectifs stratégiques à l’echelle de la ville, la compréhension du poids des décisions urbanistiques qui ont une influence sur l’intérêt de chacun, sont les guides de ce projet urbain.
Reconstruction du Collège Marie Curie
Bernay, France
2011

programme : Un collège de 16 divisions, d’une Section d’Enseignement Général et Professionnel Adapté, un service de restauration avec cuisine de préparation, 5 logements de fonction et un centre sportif comprenant un gymnase, une petite salle sportive et des locaux annexes
> college : 4 384 m2 (SU)
> logements : 520 m2 (SU)
maître d’ouvrage : Département de l’Eure
projet : Alfonso Femia * avec
BET structures : BEHN
BET fluides, HQE et SSI : SOGETI INGÉNIERIE
économiste : REBER
BET restauration colletive : COSY REST
images : ©Atelier(s) Alfonso Femia & Scriptogram
« Le projet, artifice dans la nature, transforme le site et lui amène la vie. » AF
Un lieu appartenant à la nature est en dialogue permanent avec elle.
Le projet, artifice dans la nature, transforme le site et lui amène la vie.
Certains lieux se situent entre nature et ville. De la ville il se nourrissent en la regardant, sachant que tôt ou tard, elle s’approchera. Les avalera, peut-être.
À l’instar d’une installation de land art, le projet ne se superpose pas au contexte comme l’empreinte d’un schéma connu et stéréotypé, mais cherche au contraire dans la nature les règles à suivre, le langage à utiliser.
La nature est le véritable protagoniste du projet. Elle enserre les rochers du rez-de-chaussées, les accompagne, offrant ainsi un point de vue agréable aux usagers en tout points du projet.
Comme dans les actions de Richard Long, la réflexion se porte sur le rapport ancestral de l’homme à son environnement naturel. Le projet questionne cette relation, cherche à concilier deux mondes : la nature et l’artifice. Chacun de ces mondes est exprimé dans son intégrité, les deux devenant indissociables l’un à l’autre. La relation entre homme et paysage est ainsi affirmée comme une action primitive, intime et créative.
Des volontés duelles se retrouvent ici :
– l’influence de la nature, tout d’abord, conduisant à rechercher un rapport intime au contexte ;
– l’exigence de fonctionnalité et de rigueur d’autre part, assurant un bâtiment efficace et d’usage facile.
La pente, la vue de la ville en contrebas, sa perception, l’exposition solaire, les liens de proximité avec les parcelles voisines,… ces éléments sont de précieux repères pour l’orientation des « rochers », blocs massifs et ouverts du rez-de-chaussée composant le projet. Cette forme manifeste sa richesse par la vie intérieure qu’elle renferme…
Grâce aux contraintes, chaque bâtiment trouve son identité. Mieux, ils découvrent l’identité du contexte dans lequel ils se glissent. Certaines fonctions peuvent être pensées comme “intermédiaires”, à mi-chemin entre l’artifice et la nature. Elles sont métamorphoses, trouvent une nouvelle relation au site.
SSF tertiaire
Tour horizontale
Milan, Italie
2008-2010

Prix International de l’Architecture “The Chicago Athenaeum” pour « meilleur projet international » (2011)
RE Awards pour « Meilleure œuvre de bureaux » (2009)

programme : Nouveaux équipements de bureaux pour la société de développment du parc des expositions de Rho, Milan
SHON : 21 000 m2
surface bâtie : 4 800 m2
maître d’ouvrage : Sviluppo Sistema Fiera spa
Alfonso Femia / Atelier(s) Alfonso Femia avec Pietri architectes
VRD, BET structures : IQuadro Ingegneria
BET fluides : AI Engineering, AI Studio
entreprise : Italiana Costruzioni spa
photos : ©E.Caviola
maquette en céramique : Danilo Trogu
livre : « La tour horizontale »
Le nouveau bâtiment s’habille avec la couleur de l’or. Sa préciosité est en relation avec les thèmes de la lumière solaire et de ses nuances, de la capacité de définir une atmosphère de transparence, reflets, nuances et demi-transparences avec son contexte, dans les prospectives territoriales qui traversent la zone à différentes vitesses, à toute heure du jour.
Groupe scolaire
Boulogne – Billancourt, France
2010

programme : Un gymnase et un groupe scolaire: une école maternelle (7 salles d’activités) et une école élémentaire (11 salles d’activités), un restaurant
surface totale : 6 300 m2
maître d’ouvrage : SAEM Val de seine Amènagement
projet : Alfonso Femia * avec
paysagistes : BASE
BET TCE & économiste : IOSIS
BET HQE : RFR Eléments
BET restauration colletive : PROCESS CUISINES
images : ©Atelier(s) Alfonso Femia & Scriptogram
« Une architecture se ferme sur elle-même et devient territoire. Un bâtiment se transforme en pierre – matérialité brutale et primitive. Cet objet singulier manifeste sa richesse par la vie intérieure qu’il renferme. Une matière vivante accueille la vie de différents usagers : animaux, insectes…Enfants… » AF
Une architecture se ferme sur elle-même et devient territoire. Un bâtiment se transforme en pierre – matérialité brutale et primitive. Cet objet singulier manifeste sa richesse par la vie intérieure qu’il renferme. Une matière vivante accueille la vie de différents usagers : animaux, insectes…Enfants… L’ensemble se caractérise au premier abord par des volumes massifs et énigmatiques. En s’approchant, la perception d’une richesse intérieure stimule le regard, attise la curiosité. La lumière, les failles, les aspérités, les cavités, la végétation, les fissures de la façade attirent l’oeil. Alors les passants s’approchent, découvrent l’intérieur de l’écrin. Identifient ses habitants… La nature habite et domine cette masse : l’air passe dans les failles, l’eau s’écoule le long des façades, leurs donne vie, les couvre de végétation. Des plantes et de petits animaux s’y incrustent, comblent les fissures du mur, adoucissent le rocher. Ce bâtiment introverti, à la peau dure et austère, refuse le narcissisme contemporain et l’auto-référentialité. L’acte fondateur du projet est de trouver un rapport évident entre nature et artifice, architecture et contexte. L’invention est l’espace. La vraie richesse architecturale est pour nous l’équilibre délicat entre les volumes et les différentes masses : une architecture sans préjugés, mais responsable, qui parle le langage de la beauté, des doutes plus que celui des certitudes, de l’identité et du plaisir plus que du langage architectural. L’école élémentaire est conçue de façon compacte, avec un fonctionnement simple et efficace. Les locaux jouissent d’une double exposition, offrant ainsi un maximum de confort aux utilisateurs. La cour située au R+1 de plain-pied avec les salles de classes offre une ouverture sur le paysage et invite à la découverte.
Stade de Savona

Savone, Italie
2010

programme : Construction du nouveau stade Savona Calcio de 7000 places
surface totale : 24 400 m2
maître d’ouvrage : Comune di Savona
Alfonso Femia / Atelier(s) Alfonso Femia avec
BET structures : IQuadro Ingegneria
BET fluides et environnement : AI Engineering, AI Studio
images : ©Atelier(s) Alfonso Femia
Une réflexion qui conduit à considérer le stade non seulement comme une icône mais comme un bâtiment polyvalent et actif en permanence: une opportunité pour le développement de la ville de Savone. L’aménagement des seuls éléments essentiels capables de renforcer l’identité du lieu, qui est désormais le siège du terrain de football et jouxtant le Campus Universitaire. Un nouvel espace urbain pour la ville caractérisé par une stratification fonctionnelle et formelle. Générer du mouvement grâce à la différenciation des pièces selon l’usage.

Nouveau pôle judiciaire
Martigues, France
2009

programme : concours restreint de maitrise d’oeuvre pour la création d’un pôle judiciaire
SUB: 1 592 m2
maître d’ouvrage : Comune di Martigues
projet : Alfonso Femia * avec
BET structures : CTE
BET fluides et environnement, BET HQE et SSI : Garcia
économie et OPC : CEC
signalétique : Atelier 59
images : ©Atelier(s) Alfonso Femia
« Le bâtiment est un volume suspendu, un mirage, on y voit au travers. La séquence perceptive est faite de lignes horizontales: la mer, l’étang, le mirage, la ligne suspendue de l’autoroute, le ciel… rapport au sol, ininterrompu, à l’homme, qui de par la suspension du volume, récupère l’espace public de la parcelle comme place. » AF
Le projet de nouveau pôle judiciaire est implanté de manière régulière et occupe une grande partie de la parcelle. Il se présente comme objet compact, dont les façades constituées d’un mélange de pierre, de terre, de sable et de céramique, expriment un lien avec le territoire. Il ressemble à une météorite. Les espaces intérieurs sont éclairés naturellement par des failles de lumière, et protégeant en même temps les activités qui s’y déroulent. Le bâtiment renferme « un diamant », le corps central, transparent contenant le hall et la salle des pas perdus.
Bibliothèque publique d’Etat
Barcelone, Espagne
2009

surface: 18.676 m2
maître d’ouvrage: Ministerio de Cultura
projet: Alfonso Femia *
images: ©Atelier(s) Alfonso Femia
« Une attitude pragmatique et visionnaire qui tient compte des connexions entre les différentes stratifications du bâtiment, du lien entre le bâtiment lui-même et les différents tissus urbains qu’il recrée. » AF
Notre projet représente la dynamique qui anime le territoire et intériorise les tensions créées par la cicatrisation du tissu urbain en proposant des espaces d’intérêt public à chaque extrémité du projet.
Notre idée de conception se concentre sur la mise en valeur de l’existant, évitant d’estomper le dialogue avec le déjà-là.
Une attitude pragmatique et visionnaire qui tient compte des connexions entre les différentes stratifications du bâtiment, du lien entre le bâtiment lui-même et les différents tissus urbains qu’il recrée.
Refuser les comportements auto-satisfaisants qui prennent le pas sur le dialogue avec le contexte urbain et l’environnement.
Eviter le cynisme et l’hypocrisie des choix de projet moins respectueux de l’environnement.
Tout cela nous a menés à trouver des solutions directes qui évitent l’artificiel et préfèrent des solutions suggérées par le contexte lui-même.
APS urbanisme
Parc public et centre polyfonctionnel
Savone, Italie
2008

programme : Parc public et centre polyfonctionnel dans la Forteresse du Priamar et la mer
surface total : 45 000 m2
maître d’ouvrage : Autorità Portuale di Savona
projet : Alfonso Femia * avec Studio Archea, Studio Pellegrini
BET structures : Fabrizio Feltri
ingénierie hydraulique : Sandro Stura
VRD : Stefano Migliaro
paysage : Studio EU
project financing : Plant international property consultants
immages : ©Atelier(s) Alfonso Femia
« Comme une main, la ville redécouvre la mer et son horizon, entre nature et artifice » AF
Les éléments du projet, la dune verte et les bâtiments de la main ouverte, sont des traductions formelles et architecturales d’une idée d’utilisation de l’espace artificiel/naturel avec un objectif prioritaire: la construction-invention d’un nouveau lien entre la ville et la mer. Nous proposons de créer à l’intérieur de la plate-forme existante, deux territoires consacrés à l’eau, correspondant aux deux phases d’intervention: le premier territoire, plus ludique et lié aux activités de nautisme amateur et l’autre, plus urbain, un complexe qui amène la ville à la mer, complètant l’opération sur le point de démarrer dans la Darsena Vecchia (Ancienne Darse).
Agrandissement du Lycée Hôtelier Georges-Baptiste
Canteleu, France
2008

programme : Agrandissement du Lycée Hôtelier Georges-Baptiste avec des sections boulangerie et pâtisserie
surface totale : 3 900 m2
> locaux pédagogiques
> 6 laboratoires de 180 m2
> internat de 41 lits
> salle de restaurationt
maître d’ouvrage : CR de Haute-Normandie
projet : Alfonso Femia * avec
BET TCE, OPC et SSI : Séchaud & Bossuyt Normandie
économiste : REBER
BET restauration collective : Créacept
images : ©Atelier(s) Alfonso Femia
« Le bâtiment, en offrant ses formes, tend ses filets, non seulement à l’espace et à la lumière, mais aussi au regard, aux connexions visuelles entre les différentes entités du programme. La singularité est basée sur le fait que les vides comptent autant dans la création de l’espace que les pleins. » AF
Le projet pour le lycée hôtelier s’inscrit dans le paysage en le respectant et en le valorisant. Le bâtiment s’insère dans le site comme un élément du panorama: de forme allongée, il est en partie enterré afin de réduire l’impact visuel sur le paysage et ne pas modifier la ligne naturelle du sol. Les parties vitrées reflètent le paysage et le ciel, initiant un dialogue entre le projet et le site.

Les espaces verts extérieurs sont organisés de façon harmonieuse avec un traitement soigné mais très naturel. Ceci afin de permettre une maintenance la plus simple possible, mais surtout pour donner une sensation de continuité avec le paysage existant.
Des simples terrasses en bois permettront de mettre en valeur les liaisons entre les bâtiments et de mieux profiter des espaces extérieurs lors d’une pause, après un déjeuner, ou pour la lecture d’un livre sous l’ombre d’un arbre.
Au nord, l’ouvrage est constitué sur des assemblages massifs en béton. Il joue avec des volumes et des rythmes et alternent repliement et envol, vides et pleins, sur lesquels la lumière joue et fait vivre les surfaces, aux arrêtes vives. Les variations de matières et de rythmes, de solides et de creux, d’opacité et de transparence.
Le bâtiment, en offrant ses formes, tend ses filets, non seulement à l’espace et à la lumière, mais aussi au regard, aux connexions visuelles entre les différentes entités du programme. La singularité est basée sur le fait que les vides comptent autant dans la création de l’espace que les pleins.

Masterplan de la gare et ses abords
Cremona, Italie
2007

programme : Requalification urbaine de la zone de la gare dans le but de créer un carrefour d’échange
> surface parcelle : 54 070 m2
> surface routes : 15 280 m2
> espaces verts : 3 500 m2
maître d’ouvrage : Mairie de Cremona
projet : Alfonso Femia * avec Ori&Arienti
BET structures et fluides : AI engineering, AI studio
VRD : Ms Ingegneria-Stefano Migliaro
sécurité et chantier : Studio Russo
images : ©Atelier(s) Alfonso Femia & ATTU
« Il est un lieu du départ et de l’arrivée, un lieu d’Histoire, de la Défense de Garibaldi et de la nature forte et apparemment arrogante. Renforçons le lieu de la mémoire et de la ville, construisons une portée libre et fondamentale, définissons un espace fonctionnel qui sache être l’alter ego de l’autre, l’équilibre d’une séquence linéaire et ouverte, articulée et fermée. » AF
Parmi tous les lieux, les lieux de la ville proviennent du territoire. Les lieux où l’on arrive sont souvent représentés par les thèmes du voyage, de la conquête, du travail, du temps intermédiaire, de l’identité. Souvent différents, ils deviennent d’autres lieux. Souvent, ils séparent plus qu’ils n’unissent. Souvent, on y trouve une histoire, l’Histoire, des moments qui résument leur création. On devrait prêter attention à ces lieux, qui, dans la contemporanéité de l’exercice de style, l’application superficielle d’un geste définitif et imposé, la délégation et l’application de changements ne concernant que les aspects purement décoratifs du lieu, ne deviennent rien. Aujourd’hui, ce lieu existe de nouveau, il est, Il est un lieu du départ et de l’arrivée, un lieu d’Histoire, de la Défense de Garibaldi et de la nature forte et apparemment arrogante. Renforçons le lieu de la mémoire et de la ville, construisons une portée libre et fondamentale, définissons un espace fonctionnel qui sache être l’alter ego de l’autre, l’équilibre d’une séquence linéaire et ouverte, articulée et fermée. Nature et artifice, structure et infrastructure, espace dynamique et espace statique, odeurs et couleurs, le toucher et la perception. Aujourd’hui nous répondons à la ville, à son rapport avec le territoire, à sa nécessité d’inventer un lieu unique. Aujourd’hui, nous avons une vision réaliste. Aujourd’hui nous retrouvons « Cremona », entre les lieux du voyage.
ATM urbanisme
Masterplan Expo 2015
Milan, Italie
2007

programme : Plan d’aménagement de la zone Fiorenza-Triulza pour l’Expo Milan 2015 : projet de pavillons reconvertibles en logements et équipements adaptés (espaces verts, administration, loisirs, accueil hôtelier)
surface totale : 635.000 m2
maître d’ouvrage : Belgioiosa srl, SSF spa pour la ville de Milan
Alfonso Femia / Atelier(s) Alfonso Femia avec
routes et infrastructures : Stefano Migliaro
BET structures, BET fluides et environnement : AI Studio, AI Engineering
images : ©Atelier(s) Alfonso Femia & Attu Studio
maquette en céramique: Danilo Trogu
« Le plan d’urbanisme proposé est une vision d’ensemble définissant le site destiné à terme à accueillir de nouveaux équipements.
Il s’agit d’une opportunité de développement et de transformation d’un pan entier de la ville. Nous avons imaginé les mutations possibles du territoire afin d’en renforcer l’identité et de créer une nouvelle urbanité. »
Le plan d’urbanisme ne définit pas la zone Fiorenza-Triulza comme une partie délimitée, mais comme une parcelle génératrice. Dans un contexte comme celui de Milan, il convient d’avoir une vision d’ensemble qui envisage l’aire du projet en tant qu’opportunité et ressource pour le développement et le changement d’un pan entier de la ville. Il devient donc fondamental d’imaginer les transformations possibles des surfaces afin de renforcer leur identité et de créer une nouvelle urbanité. Des lieux vivables.
Théâtre de la ville de Verbania
Verbania, Italie
2007

programme : APS pour le nouveau théâtre de la ville de Verbania sur la place Fratelli Bandiera
surface : 5.600 m2
maître d’ouvrage: Ville de Verbania
projet : Alfonso Femia * avec Rudy Ricciotti et Giampiero Peia
BET structures : IQuadro ingegneria
BET fluides et environnement : AI Engineering, AI Studio
SSI et OPC : Studio Russo
images : ©Atelier(s) Alfonso Femia
« Le lac et le camélia.
Le bâtiment devient une séquence de vides qui se remplisse, non pas avec des formes hasardeuses, mais avec des espaces raréfiés de façon différentes. » AF
Le lac et le camélia.
Nous ne pouvons pas concevoir un bâtiment public sans le faire dialoguer avec le lieu pour lequel il est conçu. À Verbania cette relation est le rapport entre la verticalité des montagnes et l’horizontalité du lac. Le lieu présente un vide urbain et un petit ouvrage à préserver. Le vide autour crée la limite ; le bâtiment donne sur la rivière, tout en gardant un oeil sur les montagnes.
Le bâtiment devient une séquence de vides qui se remplisse, non pas avec des formes hasardeuses, mais avec des espaces raréfiés de façon différentes.
Voici une nouvelle « beauté » au bord du lac.
Reclassement du pôle de la foire
Riva del Garda (TR), Italie
2006

programme : Réhabilitation et extension du parc des expositions de Baltera de Riva del Garda
maître d’ouvrage: Garda Trentino Fiere spa
projet : Alfonso Femia * avec Rudy Ricciotti
BET structures, fluides et environnement : AI Studio, AI Engineering
images : ©Atelier(s) Alfonso Femia & Attu Studio
« Le projet reprend le fantastique panorama du lac et se l’approprie. Il se tourne vers l’immense mur rocheux, refusant une fois encore la logique du langage et/ou de la forme qui prévaut sur l’espace. » AF
L’homme renie la force de la nature et réussit en quelques centaines de mètres à faire oublier le site: logique industrielle victime de tant de coups violents sur le territoire. Le projet retrouve/reprend le fantastique panorama du lac (l’horizontalité de l’eau, la verticalité des montagnes) et se l’approprie. Il se tourne vers l’immense mur rocheux, refusant une fois encore la logique du langage et/ou de la forme qui prévaut sur l’espace.
RZZT tertiaire
Tour territoriale
Rozzano (MI), Italie
2006

programme : tour de bureaux de 212 m de hauteur dans le cadre du plan d’aménagement de la zone D3, Rozzano, Milan

maîtrise d’ouvrage : Infrafin srl
Alfonso Femia / Atelier(s) Alfonso Femia avec
BET structures : AI Engineering, AI Studio, IQuadro ingegneria
BET fluides : AI Engineering
VRD : CST centrostuditraffico-Pietro Gelmini, Stefano Migliaro

maquette : Danilo Trogu pour AF517
photos maquette : ©E. Caviola
images : ©Atelier(s) Alfonso Femia
Le périphérique représente les fortifications contemporaines de Milan, qui aujourd’hui, en tant que limite extérieure et territoriale, appartiennent toujours plus à la ville. En intensifiant la densité de cette ligne faite de tours, de fonctions variées et d’espaces verts, la ville pourra développer un système dense, à l’image de Manhattan, le long de cette ligne de « bordure » et accueillir ainsi à l’intérieur de cette limite, une succession de parcs avec, au centre, la ville. Un des premiers éléments fondateurs du plan d’ensemble pour la zone D3 sera une série de tours parmi lesquelles la tour Landmark au nord du périphérique, haute de plus de deux cents mètres. La tour n’est pas un geste formel. Elle souhaite instaurer un système de liens avec le territoire et avec Milan. Elle est conçue comme un dispositif bidimensionnel, qui en s’enracinant au sol comme une tour horizontale trouve l’élan pour conquérir le ciel à travers une géométrie qui recherche l’équilibre. Comme un phoque, peut être. La tour n’a pas de façade principale mais une succession de facettes qui tiennent compte des aspects énergético-environnementaux et qui réagissent pendant la journée de manières différentes. Elle se trouve sur l’axe nord-sud, et le volume, devient une surface, presque abstraite à l’est et à l’ouest. La tour qui n’est pas là.
Nouveau Palais du Cinéma
Venise, Italie
2004

Lion d’Argent à La Biennale de Venise (2005)

programme : Nouveau Palazzo del Cinema à Venise et ses environs
surface utile : 18.500 m2
volume total : 184.000 m3
maîtrise d’ouvrage : Fondazione La Biennale di Venezia, Comune di Venezia
projet : Alfonso Femia * avec Rudy Ricciotti
BET structures : AI Engineering, IQuadro Ingegneria
BET fluides : AI Engineering
maquette : Danilo Trogu
images de synthèse: ©Atelier(s) Alfonso Femia & Rudy Ricciotti
photographie : ©Ernesta Caviola
livre : « Il nuovo Palazzo del Cinema di Venezia »
« C’est une ville ou un territoire ? C’est un lieu ou une mémoire ? C’est le présent ou le passé ? 
La solitude d’un bâtiment qui se cache, comme une boîte magique, n’est responsable d’aucune signification émergente. Celui-ci se présente sur un site, apparemment isolé, mais en même temps fort et magique. Ce bâtiment regarde Venise à travers une aile de libellule.
 Nous n’avons pas peur de la métaphysique, de la solitude et du rêve. Qu’est ce que le cinéma qui, à travers le réalisme magique, tente d’être architecture? » AF
Le concours pour le nouveau Palais du Cinéma présentait un dualisme de fond : une exigence de visibilité et le respect de la richesse extraordinaire du territoire du Lido de Venise.
La force de la proposition a été d’enterrer une grande partie du projet. La matérialité terreuse de la salle se marie avec la richesse des espaces verts de la place du Cinéma, du jardin du Cinéma et des deux bâtiments existants. La verrière reprend l’image de l’aile de la libellule, sur la verrière de la grande salle qui donne sur le parc.
Les matériaux et les images du monde du cinéma, ors, velours, cuir, dans le foyer, sur la passerelle, dans la boutique du cinéma, dans le bar. Cette réponse créé une continuité dans la composition et la perception, qui associe respect et force expressive, réalisme métaphysique et sensualité.