RBN vidéos
Rome
©Open House Roma
21 Octobre 2020

Alfonso Femia présente le projet Orizzonte Europa – nouveau siège social de BNL-BNP Paribas à Rome – aux côtés d’Antonio Marino (Directeur BNL Real Estate Director) et Paolo Mantero (architecte intérieur).
Un événement multimédia interactif à la découverte de ce nouveau monument romain qui a répondu à de nombreux objectifs qualitatifs en raison de sa durabilité intrinsèque.
L’événement sera modéré par l’architecte Gianni Terenzi.
Gênes
©Artribune
Mars 2020

Alfonso Femia est interviewé par Artribrune à propos de l’urgence actuelle liée au Covid-19.

« L’urgence ne doit pas être une excuse nous faisant oublier que les hôpitaux doivent être conçus en amont des pandémies. Un architecte peut aussi contribuer à cette urgence, relevant du domaine de la protection civile à qui nous devons donner tout notre soutien possible. La capacité de préfabriquer, en quelques jours, une médecine intensive ne doit pas nous exempter de nos véritables responsabilités. Le futur, le lendemain de l’urgence devra faire naître une vision responsable et un projet, tout aussi bien à l’échelle nationale qu’internationale, avec pour base son territoire et ses principales fragilités sociales, économiques et urbaines. » AF
Construction d’un nouvel Hôtel de Ville à Mougins
Mougins, France
2018

programme : Construction d’un nouvel Hôtel de Ville à Mougins (hall d’accueil, salle municipale, bureaux, police municipale, cafétéria, salle de sport)
superficie totale: 9 447 m2

maître d’ouvrage : Comune di Mougins
Alfonso Femia / Atelier(s) Alfonso Femia avec Demogo
Paysagiste : Base land
BET HQE : Oasiis
BET structures : Artelia
BET fluides : Artelia
BET electricité : Artelia
BET VRD : Artelia
BET acoustique : Peutz
economiste : R2M

images : ©Atelier(s) Alfonso Femia & Diorama
Le programme du projet et le site, en pente, nous ont suggéré de penser le bâtiment comme succession de bâtiments, comme une séquence stratifiée de volumes – chacun ayant un rôle urbain, fonctionnel et paysager – chacun en dialogue direct avec une partie du site et son ensemble.
Le paysage est un acte fondateur du système et passe le témoin de ses différentes natures : place, jardin, promenade, patio, terrasses.
Les bâtiments accompagnent le paysage avec une modalité toujours différente afin d’entrer en contact : porche, pergola, cour, toit-jardin…

Le projet crée un paysage dans le paysage mais également une perception visible continue, en lien avec le territoire. Les volumes sont ouverts et pensés comme des éléments en contact direct avec l’extérieur : le porche, la coupe vitrée de la salle du Conseil, la voûte ouverte des bureaux de la Mairie. Chacun vivra l’intérieur et l’extérieur de manière contemporaine, avec un accès direct à la lumière et à la matière.

Cité Scolaire Internationale de Marseille

Marseille, France
2018

programme : Construction de la Cité Scolaire Internationale de Marseille (69 classes – 2 190 élèves) comprenant un lycée de 30 classes (1050 élèves), un collège de 24 classes (720 élèves), une école élémentaire de 15 classes (420 élèves) avec un pôle restauration, un internat de 200 lits, 13 logements de fonction, un pôle culturel (avec CDI et salle polyvalente de 400 places) et sportif (une grande salle de 44 m x 24 m avec gradins et 4 salles de sport) 

surface totale: 27 153 m2 SDP
ilot 1C (école, pôle sportif, internat, logements de fonction, pôle restauration, maintenance, 1 niveau de parking souterrain) : 13 762 m2 SDP
ilot 1B (collège-lycée, pôle culturel, vie scolaire, pôle administratif commun, 1 niveau de parking souterrain) : 13 391 m2 SDP

maître d’ouvrage : Région SUD
représenté par : SPL AREA
Alfonso Femia / Atelier(s) Alfonso Femia avec ILR Architecture
paysagiste : Wagon Landscaping
Ingénierie structure – fluides – acoustique : TPF Ingénierie
HQE, environnement : Addenda
entreprise mandataire : Cardinal Edifice
entreprise CVC – engagement énergétique – maintenance – commissionnement : ENGIE Axima
entreprise électricité – engagement énergétique – maintenance – commissionnement : ENGIE Inéo
Economie – OPC : CEC

images : ©Atelier(s) Alfonso Femia & Diorama
maquette : Stefano Rossi
Marseille est l’une des villes européennes dont la transformation est la plus importante, une ville qui poursuit son développement du sud au nord avec l’idée de reconquérir son territoire.
Le projet de la Cité Internationale se situe dans une jointure entre le Marseille historique et une partie de la ville en développement où différentes caractéristiques urbaines, sociales et humaines cohabitent pour la première fois : la trame urbaine, la verticalité des tours, le front de mer et le port.
Tout se transforme : les modes de vie, les moyens de se retrouver ; c’est le lieu idéal pour la création d’un lieu de formation et du futur comme la Cité Internationale.
Marseille est une ville internationale. Marseille est une ville méditerranéenne.
Penser et imaginer une Cité Internationale, c’est penser et imaginer l’histoire de Marseille, une ville qui a été pendant des siècles un lieu de destination, de flux, de migrations, d’échanges commerciaux et sociaux.
Le projet de la Cité Internationale rencontre la dimension internationale de la ville, sa représentation et son appartenance.
Le projet a cette dimension.
Il est méditerranéen dans sa manière de vivre sa lumière, sa matière.
Il est international dans son hybridation, sa stratification, sa façon de construire un paysage dans le paysage afin que la diversité des moments du projet puisse devenir un lieu réel.
C’est la caractéristique des lieux hybrides typiquement internationaux.
C’est la dimension que Marseille possède déjà et possèdera encore plus grâce au projet de la Cité Internationale.

AMG musées
Musée de Marengo

Spinetta Marengo (AL), Italie
2018

surface projet :
auditorium : 630 m2
ancienne auberge : 1100 m2
C.T. : 81 m2
ferme : 960 m2
musée Marengo : 1119 m2
pyramide d’entrée : 290 m2

maître d’ouvrage : Città di Alessandria
Alfonso Femia / Atelier(s) Alfonso Femia

images : ©Atelier(s) Alfonso Femia

Quartier d’affaires
Bab Ezzouar, Algérie
2016

programme : logements, hôtel, bureaux, centre de loisirs, commerces
surface totale : 10 170 m2
surface utile : 32 000 m2 SDP

maître d’ouvrage : SARL INTERNATIONAL INFRASTRUCTURE INVESTEMENT 3I
Alfonso Femia / Atelier(s) Alfonso Femia avec SEETA Smail Belgacem

images : ©AF517 & ParisRenderstudio
Le projet s’insère dans la nouvelle zone de développement du quartier Bab Ezzouar, zone d’expansion au sud-est de la ville d’Alger et à proximité de l’aéroport international. Le site se développe en longueur, vers le sud, et fait face à la rue principale du quartier et, au-delà au chemin de fer. La gare Bab Ezzouar est proche du projet. Côté opposé, au nord, le site fait face à une autre parcelle constructible ; cette dernière, à l’est, est en contact avec la rue principale du quartier et l’autoroute qui amène de l’aéroport au centre.
La configuration longitudinale de la parcelle détermine la forme allongée du volume construit. Le programme structure la composition volumétrique. La double hauteur de l’espace commercial en RDC crée un socle sur lequel les cinq volumes du programme s’installent. Le front bâti vers l’ouest, visible depuis l’autoroute, est caractérisé par le haut volume de l’hôtel. Au centre, les deux volumes du centre de loisirs et des bureaux sont encastrés l’un dans l’autre. Vers l’est, le système se termine par les deux volumes des appartements-hôtel.
La possibilité d’une hauteur de 48 m maximum permet la création d’un profil volumétrique très varié et riche de percées visuelles qui crée une relation entre les façades.
Le dialogue entre la lumière et les ombres, élément principal de l’architecture algérienne, est raconté à travers la réélaboration du Mashrabiya : des protections solaires aux décorations de style orientale. Le projet les réinterprète et les stylise dans une lecture contemporaine. Chaque partie du programme aura une texture homogène ; différente en terme de géométrie mais cohérente en terme de matière : un béton biodynamique clair qui peut être réalisé en panneaux avec les géométries désirées, avec des inserts de pierres locales. Ceci est le moyen – en termes de caractéristiques techniques et constructives – d’innover dans le projet du quartier de Bab Ezzouar.

Marché de gros à Milan
Milan, Italie
2015

programme : Réhabilitation du Marché de gros à Milan. Le marché est décomposé en deux grandes zones : les pavillons dédiés au gros et les bâtiments logistiques incluant le libre-service de gros.
surface totale : 102 248 m2

bureaux : 18 180 m2
activités liées au marché : 84 068 m2

maître d’ouvrage : Ortomercato Milano
Alfonso Femia / Atelier(s) Alfonso Femia avec
BET structures, fluides et environnement : Artelia

images : ©Atelier(s) Alfonso Femia

L’emprise du projet urbain a été légèremment agrandie et totalise 67 hectares.La trame verte du site est améliorée par l’élaboration d’une sorte de “promenade linéaire” entre les parcs Guido Galli et Alessandrini. Pensée à l’échelle territoriale, celle-ci constitue à l’échelle du lieu une ceinture verte permettant l’habitabilité de la zone B et des relations “douces” avec le marché.
Le marché se positionne sur une surface de 39 hectares environ, entre les axes viaires principaux de la zone et à proximité des voies ferrées.
Le front urbain construit dans la zone B le long de la via Cesare Lombroso vise d’une part à souligner par son expression architectonique et sa densité urbaine l’importance de cet axe historique et la présence de la tour SO.GE.M.I. ; et d’autre part à créer une nouvelle centralité, composée de programmes mixtes et d’influence internationale. Ce front urbain devra travailler la dimension représentative de son architecture.
Le front urbain pensé pour la zone B est secondaire dans la hiérarchie des voies. Il développe une densité moindre ; faite de programmes plus locaux, plus “fragiles” (habitations notamment). Ce front urbain constitue cependant la véritable liaison entre le marché et la ville.
La grande couverture appartient au marché, à la zone A. Elle agit comme un liant architectural et constitue la façade principale du projet, son image, son identité. Ses dimensions garantissent également une certaine flexibilité d’usage.
Notre proposition d’utiliser des éléments de Land Art le long du parc Alessandrini et pour les zones 1-5 et 1-6 naît du constat de la difficulté – voire l’impossibilité – de construire entre les voies et en même temps du repérage d’une ancienne liaison viaire.
Les Docks de Marseille
Marseille, France
2009-2015

Distinction aux Prix Européen d’Architecture « Philippe Rotthier » – thème « L’eau, l’architecture et la ville » (2017)
Iconic Awards, lauréat du prix « Best of Best » (2017)
FX International Awards, prix pour le « meilleur projet global »(2016)
Mapic Awards, prix pour le « meilleur projet commercial urbain » (2016)
ULI Global Awards for Excellence (2016)
LEAF Awards, prix pour le « Centre commercial de l’année » (2016)
MIPIM Awards, prix pour le « Meilleur centre commercial » (2016)
The Plan International Awards, premier prix dans la catégorie « Rénovation » (2016)
Prix International « Grand Prix » Casalgrande Padana, premier prix dans la catégorie « Façades » (2016)
« Ceramics of Italy » – La Ceramica e Il Progetto, premier prix dans la catégorie « Commercial – Hôtellerie » (2016)

programme : Restructuration des rez-de-chaussée, des cours et des caves du bâtiment des Docks – création de 50 commerces, 20 restaurants, 1 marché, 1 espace événementiel, espaces de loisirs et services
surface total : 21 000 m2
rez-de-chaussée haut : 10 912 m2
rez-de-chaussée bas : 8 338 m2
cours : 1 415 m2
stockage : 528 m2

maître d’ouvrage : JPmorgan, Constructa Urban Systems
Alfonso Femia / Atelier(s) Alfonso Femia avec
BET structures : Secmo
BET fluides : G2
BET economie : R2M
bureau de Contrôle: Bureau Veritas
promoteur : Vinci-Dumez Méditerranée et Girard

façade nord : Atelier(s) Alfonso Femia & Tapiro design
photos : ©Luc Boegly

Révéler la beauté d’un site pour le donner à partager. La transformation des Docks de Marseille permet de retisser les liens entre ce site et la ville, les usagers des lieux, le passé et l’avenir. L’architecture est une réponse spécifique à un contexte précis : le projet tisse des relations entre les Docks, la ville et la mer. Le soubassement de l’édifice existant s’ouvre pour créer des brèches, des transparences et de nouvelles connexions, se prolongeant jusqu’à la mer. L’aménagement des cours intérieures est pensé en fonction des différents flux, donnant à ces lieux des intensités différentes.
ASR tertiaire
Agence Spatiale Italienne
Rome, Italie
2005-2012

Mention d’Honneur « The Plan International Awards », « Bureaux » catégorie (2015)

programme : Réalisation de la nouveau siège pour l’A.S.I. (Agence spatiale italienne) à Tor Vergata, Rome
surface : 28.600 m2

maître d’ouvrage : Ministère de l’équipement et des Transports, SIIT Lazio
Alfonso Femia / Atelier(s) Alfonso Femia avec Annalaura Spalla
BET structures : Camillo Nuti
géologie et géotechnique : Donatella Pingitore
entreprise : SAC – Società Appalti e Costruzioni spa

photos: ©E.Caviola
photos maquette : ©S.Anzini
maquette en céramique : Danilo Trogu
Le thème du projet est celui de la recherche de l’équilibre.
Un équilibre formel basé sur la dissociation.
Un édifice constitué de différentes fonctions, d’une série de corps de fabrique distincts, doit se construire à travers un processus de composition qui implique les corps mêmes et les interstices, en thématisant le système de circulation et les connexions.
La recherche de la Synthèse, propre au processus créativo-projectuel, doit affronter ce dilemme et le résoudre.
Peut être à travers la désinvolture d’une Métaphore.
Ici, la Métaphore est le manque de gravité, le flottement joyeux, qui, de façon imprévue trouve un moment d’équilibre.
Equilibre dissocié car non basé sur la symétrie, sur le balancement des poids par rapport à un ou à plusieurs axes, mais sur une suspension des masses, correspondant à un système perceptif de mouvement et de connexion.
Le noir total des immeubles, des différents matériaux, augmente cette sensation d’étrangeté et de mystérieux équilibre.
EEU urbanisme
Programmation et analyse urbaine
Bry, Champigny, Villiers-sur-Marne, France
étude 2011

programme : Programmation et étude urbaine sur la nouvelle polarité du cluster Descartes Bry-, Champigny- et Villiers-sur-Marne (tertiaire, activités, logements, équipements et services)
surface totale : 211 000 m2
surface bâtie : 216 501 m2
logements : 126 900m2 (SHON créé)
activités : 320 420 m2 (SHON créé)
bureaux : 224 099 m2 (SHON créé)

maître d’ouvrage : EPAMARNE
Alfonso Femia / Atelier(s) Alfonso Femia avec Dialogue Urbain ASP
stratégie territoriale et programmation urbaine : Partenaires Développement – Groupe SETEC
BET transport et mobilité : MIC – mobility in chain

images : ©Atelier(s) Alfonso Femia

Ce travail de réflexion urbaine est effectué pour définir une proposition stratégique de planification pour le centre urbain de Bry-Villiers-Champigny-sur-Marne.
Cette nouvelle polarité se trouve au coeur de la dynamique de changement débutée par la création d’une nouvelle gare avec stations sur place du Grand Paris Express.
Ouvrir l’aire abandonnée de l’ancienne VDO, fortifier cette zone d’activités en travaillant sur sa mixité, son attractivité, est un des impératifs du projet qui comprend et croise plusieurs thèmes : la construction des nouvelles lignes de réseaux de transports publics, la réalisation d’un nouveau boulevard urbain, le développement d’une densité plus forte et d’une nouvelle mixité programmatique, structurée sur un réseau d’espaces verts et publics à l’échelle territoriale.
Villa entre ciel et mer
Sori (GE), Italie
2004-2011

programme : Réhabilitation d’une villa
surface totale : 200 m2
surface utile : 86 m2

maître d’ouvrage : Carpi & C. spa
Alfonso Femia / Atelier(s) Alfonso Femia avec
BET structures : Ms Ingegneria
BET fluides : Marco Taccini
geologie et geotechnique : Cesare Ferrero
SSI et OPC : Studio Russo
levé : Novenove progetti

photos : ©E.Caviola
L’opération n’entraîne pas de modification de la volumétrie du bâtiment rural existant, mais prévoit un changement de destination de l’utilisation du local situé au rez-de-chaussée – une étable à l’origine – qui devient le principe inspirateur du projet en créant une continuité visuelle et spatiale de toutes les pièces.
 Le projet prévoit la création d’une promenade en lattes de bois qui permettent d’englober, aussi bien du point de vue visuel que fonctionnel, toute la propriété, en créant ainsi une continuité entre le bâtiment, les terrains (légèrement remodelés) et les deux bâtiments existants, qui seront requalifiés à travers la pose d’un revêtement extérieur en bois, d’un deuxième revêtement intérieur en verre et d’un toit en ardoise.
SSF tertiaire
Tour horizontale
Milan, Italie
2008-2010

Prix International de l’Architecture “The Chicago Athenaeum” pour « meilleur projet international » (2011)
RE Awards pour « Meilleure œuvre de bureaux » (2009)

programme : Nouveaux équipements de bureaux pour la société de développment du parc des expositions de Rho, Milan
SHON : 21 000 m2
surface bâtie : 4 800 m2

maître d’ouvrage : Sviluppo Sistema Fiera spa
Alfonso Femia / Atelier(s) Alfonso Femia avec Pietri architectes
VRD, BET structures : IQuadro Ingegneria
BET fluides : AI Engineering, AI Studio
entreprise : Italiana Costruzioni spa

photos : ©E.Caviola
Le nouveau bâtiment s’habille avec la couleur de l’or. Sa préciosité est en relation avec les thèmes de la lumière solaire et de ses nuances, de la capacité de définir une atmosphère de transparence, reflets, nuances et demi-transparences avec son contexte, dans les prospectives territoriales qui traversent la zone à différentes vitesses, à toute heure du jour.
ATM urbanisme
Masterplan Expo 2015
Milan, Italie
2007

programme : Plan d’aménagement de la zone Fiorenza-Triulza pour l’Expo Milan 2015 : projet de pavillons reconvertibles en logements et équipements adaptés (espaces verts, administration, loisirs, accueil hôtelier)
surface totale : 635.000 m2

maître d’ouvrage : Belgioiosa srl, SSF spa pour la ville de Milan
Alfonso Femia / Atelier(s) Alfonso Femia avec
routes et infrastructures : Stefano Migliaro
BET structures, BET fluides et environnement : AI Studio, AI Engineering
images : ©Atelier(s) Alfonso Femia & Attu Studio
maquette en céramique: Danilo Trogu
Le plan d’urbanisme ne définit pas la zone Fiorenza-Triulza comme une partie délimitée, mais comme une parcelle génératrice. Dans un contexte comme celui de Milan, il convient d’avoir une vision d’ensemble qui envisage l’aire du projet en tant qu’opportunité et ressource pour le développement et le changement d’un pan entier de la ville. Il devient donc fondamental d’imaginer les transformations possibles des surfaces afin de renforcer leur identité et de créer une nouvelle urbanité. Des lieux vivables.
RZZT tertiaire
Tour territoriale
Rozzano (MI), Italie
2006

programme : tour de bureaux de 212 m de hauteur dans le cadre du plan d’aménagement de la zone D3, Rozzano, Milan

maîtrise d’ouvrage : Infrafin srl
Alfonso Femia / Atelier(s) Alfonso Femia avec
BET structures : AI Engineering, AI Studio, IQuadro ingegneria
BET fluides : AI Engineering
VRD : CST centrostuditraffico-Pietro Gelmini, Stefano Migliaro

maquette : Danilo Trogu pour AF517
photos maquette : ©E. Caviola
images : ©Atelier(s) Alfonso Femia
Le périphérique représente les fortifications contemporaines de Milan, qui aujourd’hui, en tant que limite extérieure et territoriale, appartiennent toujours plus à la ville. En intensifiant la densité de cette ligne faite de tours, de fonctions variées et d’espaces verts, la ville pourra développer un système dense, à l’image de Manhattan, le long de cette ligne de « bordure » et accueillir ainsi à l’intérieur de cette limite, une succession de parcs avec, au centre, la ville. Un des premiers éléments fondateurs du plan d’ensemble pour la zone D3 sera une série de tours parmi lesquelles la tour Landmark au nord du périphérique, haute de plus de deux cents mètres. La tour n’est pas un geste formel. Elle souhaite instaurer un système de liens avec le territoire et avec Milan. Elle est conçue comme un dispositif bidimensionnel, qui en s’enracinant au sol comme une tour horizontale trouve l’élan pour conquérir le ciel à travers une géométrie qui recherche l’équilibre. Comme un phoque, peut être. La tour n’a pas de façade principale mais une succession de facettes qui tiennent compte des aspects énergético-environnementaux et qui réagissent pendant la journée de manières différentes. Elle se trouve sur l’axe nord-sud, et le volume, devient une surface, presque abstraite à l’est et à l’ouest. La tour qui n’est pas là.